.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Jeu 9 Juil - 4:51

    Fatiguée, exténuée, brûlée de partout, et maculée de sang, elle courait, courait à en perdre haleine. Cela faisait déjà une bonne demie heure, et elle ne s'était toujours pas arrêtée. Les rubans sales de sa tunique voletaient au rythme de sa course, jusqu'à ce que l'un des deux vint s'enrouler autour de la cheville de la jeune fille par mégarde, et la fit donc s'aplatir au sol. Au bord du gouffre ? Elle l'était. Et c'est le moins que l'on puisse dire. En effet, une profonde crevasse tombait devant elle. Et elle, justement, à deux doigts de s'y enfoncer, avait la tête presque plongée dedans. Impossible de bouger, de vieux souvenirs de vertiges envolés refirent surface, et elle fut prise d'une panique soudaine, agrémentant l'actuelle. Bravo Iku, tu es dans la merde. Toute cette foule de soldats inconnus devant toi, et toi, ne pouvant faire un seul geste, pétrifiée par la peur, tu avais l'air drôlement maligne. Tu ne pus que détacher ton lourd corps de deux centimètres du sol, avant de laisser tomber ta tête brune, tel un légume, sur cette terre écarlate. « Stop, stop » marmonnais-tu, les dents serrées à bloc. Mais bien sûr, ça ne s'arrêtera pas, tu le sais ? Ce n'était pas un rêve. C'était loin d'être un rêve. Ça, tu le savais, tu l'avais déjà prévu auparavant, mais tu l'avais oublié, on t'avait rabâché les mêmes histoires de guerre depuis tellement longtemps, que tout était tombé aux oubliettes. Mais là, tu t'étais enfournée dans ton propre jeu, et tu ne pouvais pas t'en déloger. Ce jeu ? Le jeu de l'ignorance. Et de l'oubli.

Ah, si tu avais su, il y a à peine une heure de cela, que toutes ces rabâches allaient devenir réalité, tu te serais préparée, au moins. Non ?

Quand ce fut arrivé, il ne devait être que dans les alentours de minuit, étant donné que le clocher de l'école avait sonné les douze coups mélodieux signalant le nouveau jour. C'était dans une salle de classe. Une brune, adossée au mur tapissé d'un planisphère géant, était assise sur le parquet poussiéreux, un livre de cours entre les mains. Décidée à se mettre la démographie de l'île de Mahora une bonne fois pour toute dans sa tête, elle avait encore passé la soirée plongée dans ses cours de géographie, à réviser pour les examens approchants. Échec, une nouvelle fois. Elle n'avait jamais apprécié l'histoire-géographie, après tout. Et à force de lire et relire ces lignes incompréhensibles, elle avait fini par s'assoupir. Iku était donc tombée endormie sur ce mur de pierres poussiéreuses, et malheureusement, car elle n'aurait pas du. Soudain, une lumière nuancée de rouge entra dans la pièce, ce qui réveilla légèrement la jeune fille, dont le regard vint directement se poser sur la fenêtre qui lui faisait face. Était-ce un rêve, ou non ? La lune était rouge comme du sang, rouge comme les yeux d'une certaine personne. Était-ce cette personne ? Elle éleva doucement son horrible main droite, avant de sentir une odeur de fumée qui s'intensifiait de plus en plus. Cette odeur étrange fit office de réveil, et elle se redressa. Iku était complètement chamboulée, désormais. Pourquoi la lune était rouge ? Pourquoi l'air sentait le brûlé ? Elle n'eut pas le temps de se poser plus de question qu'un énorme bruit retentit derrière elle, et qu'elle fut projetée violemment contre le mur de face, qui s'effondra comme celui qui le précédait. Une explosion. Et c'est là que la brunette comprit, et qu'elle fut obligée, malgré elle, de faire ses adieux au monde des humains, elle ferma les yeux.

Mais non, ça n'allait pas se passer comme ça. Le désir de combattre était plus fort que tout, le désir de protéger ses amis encore plus, et sans qu'elle s'en rende compte, l'une de ses nombreuses armes de guerre fut activée. Un déchirement, un hurlement, un vol, et c'était tout.

Iku rouvrit progressivement les yeux. Une douce chaleur ambiante lui réchauffait la peau, comme si elle se trouvait devant un feu de cheminée. Devant elle se montrait une multitude de petits couteaux incurvés vers le bas. Derrière elle, idem. En dessous, en haut, c'était pareil. La source de ce bouclier de fer ? Elle même, enfin plutôt, son épaule. Et c'était douloureux ... Elle posa donc un doigt, deux doigts, pour finir par poser ses deux mains sur la paroi de métal tiède, puis elle poussa, comme si elle voulait en sortir. Claustrophobe ? Elle l'avait toujours été. Et rester dans une sorte de boule étroite qui la serrait de tous les côtés, très peu pour elle. Elle continua à pousser, encore et encore, jusqu'à ce qu'elle entendit une nouvelle explosion, juste derrière elle. Alors, cette chose qui lui sortait de l'épaule, et qui lui faisait atrocement mal, était-elle un bouclier contre ces explosions … ? Bon, certes, elle était sauvée de ces explosions à répétition, mais elle avait tout de même une véritable arme de guerre qui lui sortait de l'épaule, et c'était douloureux ! Mais dieu soit loué, elle n'avait rien. A part une énorme plaie -pas si douloureuse que ça, en fin de compte ...- au niveau de l'épaule, elle était totalement intacte. Elle sentit progressivement les lames se séparer, revenir se nicher dans son corps, et fut confrontée à l'horrible réalité : elle était en train de tomber, à environ cinquante mètres du sol, et ne pouvait pas se rattraper. Le corps en étoile, bras tendus, jambes tendues, Iku volait. Oui, pour la première fois de sa vie, et sûrement la dernière -quoique ?-, elle volait. Le rêve d'enfant qu'elle avait depuis toute petite était en train de se réaliser. Mais ce n'était malheureusement pas dans les conditions qu'elle aurait imaginé … Elle aurait pensé voler parmi des multitudes de nuages dans un ciel azur, un air frais lui titillant les joues, mais maintenant, elle volait en voyant la mort, le sang, le feu, la rage sous ses yeux, et l'air était brûlant. C'était loin d'être un beau spectacle, d'ailleurs, et elle voulu le quitter aussitôt. Impossible, elle continuait de tomber, et commençait franchement à regretter sa carapace d'acier … Mais allez, ma grande, il faut user une bonne fois pour toute de tes compétences d'acrobate, et faire plus que dans ces simples cours d'éducation physique à deux balles. Sans attendre, elle serra les poings, préparation psychologique, et quand elle se rapprocha de plus en plus du sol, elle balança son corps vers l'avant, fit apparaître un trampoline de nulle part, effectua un triple salto et rebondit dessus … Non je rigole, pause humour -bien que cela soit totalement déplacé dans le contexte du post ^^'. Oui donc bref, elle balança son corps vers l'avant, à environ une dizaine de mètres du sol, et se propulsa vers l'avant pour se rattraper sur ses deux mains, lui faisant ressentir naturellement une douleur atroce aux poignets. Malencontreusement, elle rata son coup, s'étala en roulant au sol, et s'arrêta devant les flammes, faisant une traînée de terre cramoisie derrière elle. Elle se redressa lentement, épousseta son visage et ses vêtements pleins de terre, puis regarda devant elle. La mort, le sang, la rage, le feu, la guerre. Sans attendre, elle fit sortir ses lames, se leva rapidement, sans faire attention aux douleurs de sa chutes ou à quelques brûlures, et s'élança à toute vitesse vers sa quête de protection.

Fatiguée, exténuée, brûlée de partout, et maculée de sang, elle courait, courait à en perdre haleine. Cela faisait déjà une bonne demie heure, et elle ne s'était toujours pas arrêtée. Les rubans sales de sa tunique voletaient au rythme de sa course, jusqu'à ce que l'un des deux vint s'enrouler autour de la cheville de la jeune fille par mégarde, et la fit donc s'aplatir au sol. Au bord du gouffre ? Elle l'était … Mais ça n'allait pas se passer comme ça.

Iku se releva de la crevasse sans attendre, endolorie de partout. « Tant que j'arrive à bouger, je peux continuer » s'était-elle dit. Et elle continua. Elle était loin de s'arrêter. Elle s'élança, planta son poing d'acier dans le ventre d'un soldat, puis coupa le bras du second, fit un croche pied au suivant, un coup de boule au prochain, décapita l'autre … Et tout cela à l'aveuglette. Elle ne voulait pas voir cet affreux spectacle, bien qu'elle en était obligée. Mais justement, elle en avait marre, de ces obligations ! Tout ce qu'elle voulait, c'était se frayer un chemin dans toute cette foule d'assassins, et LE trouver. Tant pis pour les conséquences, tant pis si elle tuait des alliés, tant pis si elle écrasait des corps, elle ne voulait que lui. Ce désir de protection était plus fort que tout. Et elle sortit enfin, de cette foule oppressante qui sentait la mort, encore plus maculée de sang qu'avant, gardant une expression au visage que l'on pourrait comparer à celle d'une psychopathe. Yeux écarquillés, dents serrées, tâches de sang sur les joues, elle faisait peur, cette chère Iku, et elle n'y pouvait rien. Elle continua donc à courir, le torse penché, telle une gazelle. Que ça soit amis, soldats, ennemis, alliés, elle bousculait tout le monde, enfin elle les faisait plutôt voler, à cause de la rapidité de sa course. Parfois, elle sautillait, afin d'éviter des corps inertes. Et souvent, dès qu'elle reconnaissait l'uniforme des Witch Hunters chez quelqu'un, elle massacrait cette personne grâce à la solution rapide : Décapitation, et puis c'est tout. Il fallait dire qu'à son rythme, elle ne pouvait faire autrement. Et si elle essayait de s'arrêter aussi vite qu'elle était partie, elle risquerait de mourir.

Un rayon blanc lumineux fila en sa direction. Sûrement un sort raté d'un magicien maladroit. Malencontreusement, le sort ne pu l'éviter, et Iku fut projetée dans un ravin une nouvelle fois. Un peu sonnée par une chute aussi vertigineuse, elle resta quelques secondes étalée au sol, avant de se redresser difficilement … Elle retomba aussitôt au sol et ferma doucement les yeux. Il était désormais devenu quasiment impossible pour elle de porter son propre poids. Elle voulait tant dormir … Mais elle devait s'y résigner. Elle passa sa main ensanglantée sur son front pâle, toussota légèrement, puis, haletante, se releva une bonne fois pour toute. Et c'est là qu'elle le vit.

Oui, Lloyd était devant elle, luttant tant bien que mal contre un lieutenant, épées contre épées. Elle observa chaque parcelles de son corps, qui était certainement autant ensanglanté que le sien, avant de réaliser que c'était vraiment lui. Ah ça, non, elle ne pouvait pas en croire ses yeux. Ses yeux écarlates, sa coupe brune difforme, son exsphère brillant de milles feus, ses épées … Ses épées ? Ah, il combattait avec des épées ? Iku ne l'avait jamais su, ou plutôt jamais remarqué. Elle l'avait toujours prit pour un homme plutôt faible, pas très sûr de lui, assez maladroit, elle avait toujours prit l'habitude de le protéger, même si elle savait qu'il était déjà plus protecteur qu'elle, et qu'il était capable d'inverser les rôles. Mais les rôles n'allaient pas être inversés maintenant, oh que non. Il faiblissait, il était débutant, ça se voyait. Alors sans hésiter, la jeune fille s'imposa entre eux deux. Et le malheur arriva.

Tout était arrivé très vite. Un coup d'épée, un battement de cœur, un déchirement, et c'était fini.

Iku n'avait eu qu'à à s'imposer entre les deux, à faire qu'une seule foulée, pour pouvoir protéger Lloyd, qu'elle oublia presque de se protéger. Elle ne s'était pas rendue compte que les lames étaient presque rentrées dans la peau, et qu'il ne restait qu'une dizaine de centimètres d'acier pour la protéger. Donc, comme à son habitude, elle croisa les bras devant sa tête dès qu'elle arriva entre les deux hommes. Mais elle ne s'en rendit compte qu'une fois l'action faite, et se prit un énorme coup d'épée dans l'œil gauche, qui se remplit soudainement d'un sang écarlate. Le monde commença à tourner soudainement, à la vue du seul œil désormais utilisable de la brune, et tout ce qu'elle pu faire pour faire partir le lieutenant WH fut de donner un coup de paume à l'aveuglette, ce qui le fit fuir directement … Quoique ? Elle avait également entendu un énorme déchirement. Et dès qu'elle regarda par dessus son épaule pour oser regarder Lloyd, elle ne vit qu'un bouquet de lames et de canons en tout genre tâchés de sang, faits de cristaux et d'acier. Automatiquement, Iku vint à mettre sa main sur son œil ensanglanté, pour le cacher avec diverses mèches de cheveux, et ne put s'empêcher de laisser échapper un gémissement -compromettant- à cause de la douleur ressentie dans son globe oculaire. Elle se retourna doucement, de l'autre côté, celui ou elle pouvait voir Lloyd entièrement, et ébaucha un sourire triste. La scène était magnifique. Son visage, bien que tâché de sang et de terre par endroits et à moitié caché par des mèches, était illuminé par la lueur des cristaux qui sortaient de son dos, et un léger vent faisait voleter ses cheveux, dans une ambiance angélique.
    - « C'est bon, t'inquiète, ce n'est que moi, Iku. »

Le léger sourire qu'Iku avait aux lèvres s'effaça lentement, faisant place à un rictus douloureux, et sans s'en rendre compte, elle s'effondra progressivement dans les bras de son amant, la main plaquée sur son œil, essayant de limiter l'écoulement de sang. Les canons d'acier et les lames de cristal rentraient lentement dans son dos, par accoue. Elle se blottit contre le corps de Lloyd, tout en marmonnant :
    - « J'ai … Mal. »


[Et je précise qu'il est 3 heure 48 du matin, et que je viens de finir le post sous word, JUSTE POUR TOI -_- ingrate TT 150 lignes piles, sans compter les dialogues, record battu ^^ ]

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }



Dernière édition par Iku L. Samuro le Dim 7 Fév - 19:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Mar 14 Juil - 13:53

Inconscient.
C'était le mot qui le résumait parfaitement. C'est simple, imaginez: un jeune homme, dans un décors rouge sang, combattant pour sauver sa vie, et celle d'autres au passage. Même si ce qui lui importait le plus pour le moment, c'était d'épargner son existence par tous les moyens inimaginables. Ici, on ne pouvait compter que par sois-même. Ses armes, son courage, et autres choses qui pouvaient n'augmenter que d'un pourcentage son taux de survie, c'étaient seulement et seulement ça, sur quoi ils pouvaient uniquement faire confiance. Son cœur s'était arrêté, au sens figuré bien sûr, son sens de la raison l'avait pourtant prévenu que cette épreuve le mettrait à bout, qu'il était inconscient de s'engager dans une bataille pareille.

Et encore, le mot est faible.

Il avait de la chance, il se trouvait dans un endroit relativement calme. Si on ne faisait pas attention aux sons stridents des incendies, ou aux cris des victimes, cherchant désespérément à survivre. Au centre de toute cette agitation, un garçon, armé de ses deux sabres perçants les cieux, rien ne pouvait l'arrêter. Sa détermination était telle qu'il ne pouvait pas se permettre de penser une seconde à la défaite. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce garçon à l'air glacial et déterminé n'était autre que Lloyd. Une lumière étrange, presque irréelle, surgissait de sa main. Tout était arrivé si vite, dès que la fin de journée se fit sentir, on voyait déjà le sang couler au sol. Même s'il savait que ce jour qu'il avait tant redouté était arrivé, son stress s'était miraculeusement transformé en rage, la rage de survivre. Heureusement pour lui, cette attitude lui avait permis de survivre, peut-être un peu plus longtemps qu'il ne l'avait prévu. La terre semblait s'effondrer sous ses bottes, le ciel quant à lui, était d'une couleur incroyable. Son regard, terni par toutes ses atrocités, s'était perdu vers l'horizon. L'attente, ou plutôt la crainte d'une embuscade était inévitable. En l'espace d'une dizaine de minutes, il s'était déjà mesuré à des soldats de deux fois sa taille. Pour la plupart de ses attaques, la chance était de son côté. Même si les blessures s'additionnaient au fil des heures passées sur cette terre maudite. En effet, il pouvait sentir, en ce moment-même, une douleur atroce au niveau de son estomac. Le sang? Il l'avait déjà confondu avec le sol, le ciel, et même sa tenue, rouge tout simplement. Plus personne n'y faisait attention désormais. Peu à peu, il sentit ses genoux trembler. La peur? Non, la fatigue sûrement. Il refusait de se reposer, se tenant toujours prêt à se sentir en danger. Un vrai paranoïaque.

Soudain, un pas. Non, deux, quatre, cinq pas s'enchaînèrent à une vitesse affolante. Il n'avait pas été assez attentif pour remarquer les nombreux adversaires qui s'approchaient. Il se retourna, mais il ne vit personne. Son instinct lui conseillait de fuir, mais ses jambes refusèrent de faire le moindre pas, par peur d'attirer l'attention de ces ennemis invisibles. Le moindre bruit le mettrait en danger, d'après lui. Au bout de cinq minutes, il rabaissa sa garde. Il reprit une respiration régulière et relâcha ses épées, qui se plantèrent dans le sol dans un bruit sourd. Ses jambes refusèrent de tenir plus longtemps, ce qui l'obligea à s'effondre lamentablement, en appuyant son dos contre une butte de terre d'une hauteur considérable. Dans son esprit, il n'entendit plus un bruit. Jamais il ne s'était senti aussi fatigué, «exténue» ne convenait même plus à son état actuel. Si seulement il pouvait se reposer, juste quelques secondes... Son cœur ne l'en remercierait jamais assez. Naïf, il ferma les yeux…Et ce monde de brutalité se résumant par le sang et la haine ne fut plus qu'une illusion dans l'esprit de Lloyd…

…Cependant les rêves ne sont jamais éternels, pas vrai?

C'est cette sensation glaciale à l'extrémité de son menton qui le remmena au monde réel. A moitié assoupi, il n'avait sûrement pas entendu la horde de soldat accourir dans sa direction. L'un d'entre eux s'arrêta, intrigué par “le corps inerte d'un sale gamin”. Il s'approcha, ramassa avec soin l'une des deux épées, puis, d'un geste rapide mais précis, plaça la lame à quelques centimètres du coup du garçon.
A la seconde près, Lloyd repris peu à peu conscience, tout en prenant soin de garder les yeux fermés. Au moindre geste suspect, le soldat n'hésiterait pas à réduire les chances de survie de Lloyd à 0%. Il le savait, sa deuxième épée se trouvait à une dizaine de centimètre de sa main gauche. Avec un peu de chance et surtout beaucoup de dextérité, il pourrait la saisir et se défendre facilement. Malheureusement, il était dans une situation qui l'empêchait de faire quoique ce soit. Très vite, son adversaire rabaissa son arme, souriant, amusé à l'idée qu'un gosse se soit fait tué avec une simple blessure à l'abdomen. Lloyd n'attendit pas d'autre occasion et se précipita sur son épée sans laisser la moindre chance à son ennemi de contre-attaquer.
Du moins c'est ce qu'il croyait.
A peine s'était-il relevé que le soldat brandissait de nouveau une arme qui ne lui appartenait pas. Épée contre épée, chacun des deux hommes souhaitaient gagner avec une rage indéfinissable. Ils enchaînèrent coup sur coup, sans laisser à son adversaire la moindre chance de vaincre l'autre. Jamais Lloyd n'avait eu autant de mal à se défendre, il sentit ses muscles se contracter peu à peu, ses gestes ralentirent, laissant un nombre incalculable d'ouvertures. Soudain, une giclée de sang brisa le combat. Lloyd recula vivement et jeta un regard glacial à son bras droit. Son vêtement était déchiré au niveau de son épaule et sa peau, si blanche il y a quelques secondes, se noyait dans un flot de sang. Pris par la douleur, il lâcha son unique moyen de défense, et, par réflexe, tenta d'arrêter l'hémorragie à l'aide de sa main gauche, même si c'était complètement inutile. Le soldat lâcha un rire nerveux puis tenta un coup fatal pour le jeune homme. Lloyd l'esquiva de justesse puis s'empressa de reprendre son épée. Il savait déjà qu'il n'avait aucune chance de gagner, mais s'il pouvait faire durer ce combat d'au moins une minute, il pourrait peut-être trouver un moyen de fuir. Profitant de la situation, il ne laissa pas à Lloyd le temps de reprendre son souffle et enchaîna les coups encore plus rapidement. A bout de force, il parvenait tout de même à se défendre de manière à éviter une nouvelle blessure. Il savait que la chance était avec lui, mais jamais il n'aurait penser qu'elle l'abandonnerait aussi tôt. Il ne pouvait pas perdre maintenant, pas avant d'avoir…

A ce moment précis, une fille sortit de je-ne-sais-où s'interposa entre les deux hommes. Elle fut si rapide qu'aucun des deux n'ait eut le temps de la voir, et en quelques dixièmes de seconde, elle fut victime d'un coup d'une force incroyable, normalement destiné à Lloyd. Malgré sa blessure apparemment profonde, elle réussit à faire fuir le soldat. Enfin, elle tourna la tête dans sa direction.
Lloyd manqua de s'effondrer à ce qu'il vit.
Ce n'était pas la quantité inimaginable de sang qui l'avait choqué.
Ni le fait qu'elle était sur le point de s'évanouir.
Non, c'était juste le fait de voir Iku, ici, avec presque un œil en moins. Par sa faute.

Elle s'était interposé, juste pour le protéger, sans réfléchir, en laissant sa garde complètement baissée. Elle s'était effondrée dans ses bras, gémissant de douleur. Pourquoi avait-elle fait une chose pareille? Elle avait agi sans réfléchir une seule seconde, sans penser aux conséquences. Lloyd regretta d'avoir faibli à cause d'une légère blessure au bras. Ce n'était vraiment rien comparé à son œil, dont on ne distinguait qu'un amas de sang. Ses larmes rouges s'écrasèrent sur le sol, lentement, une à une. Elle était sûrement satisfaite, c'était ce qu'elle avait souhaité non? Ou du moins, c'est ce qu'elle avait voulu, le protéger. Quand est-ce qu'elle comprendra qu'il est inutile de faire une chose pareille? Qu'elle n'a pas le droit de risquer sa vie pour quelque chose d'aussi insignifiant. Lloyd ne quitta pas d'une seconde son visage. Il ne lui avait jamais autant voulu depuis qu'ils se connaissent. Il voulait lui dire, il devait lui dire à quel point elle l'avait déçu. Il était persuadé de sa colère, oui il en était sûr. Pourtant, il sentit ses yeux se remplirent de larmes. Il ne devait pas pleurer, il le savait. Alors pourquoi se sentait-il aussi triste....
Il approcha son visage de celui d'Iku, l'obligeant à le fixer encore, même quelques secondes.

    - « Iku… Tu es vraiment conne… Qu'est-ce qui t'as pris… Mais bordel pourquoi t'as fait ça?! Je te l'ai dit… Je te l'avais dit… Je voulais que tu fasses tout ce qui était possible pour éviter de te mettre en danger. Putain… Putain c'est pas vrai… »


Il sentit son cœur lâcher, il ne pouvait plus le supporter. Elle agissait comme bon lui semble, elle ne se souciait absolument pas de ce qu'il pensait.

    - « Je n'avais pas besoin que tu viennes m'aider. Je n'avait pas besoin de toi. Je n'avais pas besoin que tu risques ta vie pour moi. Tu le savais… Tu le savais… Qu'est-ce que tu vas faire maintenant?! C'est pas une simple blessure… Tu voulais vraiment me mettre dans la merde c'est ça… C'est pas possible… Écoute-moi au moins! Dis-moi maintenant ce que je dois faire hein… Iku… »


Toute cette pression, tout ce stress accumulé l'avait rendu extrêmement nerveux. Cela faisait plus de 2 heures qu'il se battait, seul. Elle ne pouvait pas décider de le protéger comme ça. Elle n'avait pas le droit… Qu'est-ce qu'il devait faire? Elle était dans ses bras, l'œil en sang. Où est-ce qu'il pouvait la faire soigner? Il n'en savait rien. Il n'avait pas de bandage ni rien de ce genre, mais il ne pouvait pas la laisser souffrir ici. De plus, ils risquaient de se faire attaquer. Et il serait incapable de la défendre, son bras droit lui était encore douloureux.
Laissant ses pensées de côté, il ramassa l'une de ses deux épées, recouverte de sang. C'était inutile, la fatigue le reprenait déjà, et, en conséquence au sang qu'il avait perdu, il se sentait aussi faible qu'un enfant de 5 ans sans la moindre arme. Parler autant lui avait donner le tournis, et il n'avait déjà plus la force de tenir debout. Il savait maintenant ce qu'il devait faire, se diriger vers un endroit sûr car ici, s'ils étaient attaqués, ni l'un ni l'autre n'était en mesure de se protéger. Il le savait, pourtant, chaque pas semblait être un supplice.
Il n'en supporta pas une seconde de plus. Lloyd s'effondra sur le sol, qui était devenu de la boue, pris sa tête entre ses mains encore tremblantes puis annonça, tel un fou:

    - « J'en peux plus… Je préfère encore crever ici… J'aurais du mourir avant, en même temps que ces pauvres gens… Quel enfoiré de chanceux j'ai été! Il se retourna vers Iku. J'ai pas la même volonté que toi… Je suis lâche, con et faible… Aah! J'ai été trop stupide d'espérer pouvoir vivre tranquillement une vie normale! Je ne mérite vraiment pas que tu m'aimes Iku… Tu ferais mieux de partir. J'ai besoin de rester seul de toute façon… Je n'arriverai à rien si j'ai constamment quelqu'un pour réparer mes erreurs… S'il te plaît, je t'en supplie, va-t-en... »


Il paraissait désespéré, mais rien ne pourrait lui remonter le moral pour le moment. Il n'était plus lui-même, le choc sans doute.

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 


Dernière édition par Lloyd Irving le Dim 29 Nov - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Sam 18 Juil - 2:53

[Pas relue, pataper. C'est rempli de clins d'oeils à Sheena, ce post ^^]

Et toi, Lloyd, tu crois que tu ne l'avais pas déçue davantage, à force ?

Iku porta faiblement sa main ensanglantée à la joue du garçon. Autour d'elle, tout tournait. Un véritable manège. Elle peina énormément à effleurer enfin sa peau sale du bout des doigts, avant de laisser tomber le poignet au sol. Elle était là, vautrée dans ses bras, mais son esprit n'y était pas. Vous connaissez tous l'étrange sensation de somnolence, quand on essaye de se retenir, et bien Iku, c'était exactement la même sensation qu'elle ressentait. Ajoutons à ça une douleur énorme dans tout le corps, et de sinistres convulsions. Elle garda tout de même une main plaquée sur son œil détruit en milles morceaux, comme si elle voulait cacher sa blessure, et faire comme si de rien n'était. Oui, c'est ça, elle voulait faire comme si elle n'était pas blessée, aux yeux de Lloyd. Autant dire que c'était totalement impossible, vu la quantité de sang qui coulait de son ancien œil … Elle ferma doucement l'autre œil, et fut aussitôt comme transportée dans un autre monde. La douleur, la chaleur, le sang, tout cela lui montait à la tête, et elle avait besoin d'évasion. Elle fut téléportée dans les airs, volant au dessus des océans, encore une de ces foutue illuminations. Mais elle s'y croyait, elle était trop souffrante pour réaliser que ce n'était qu'une illusion. Pourtant, la voix du jeune homme résonnait dans sa tête. Elle fronça les sourcils, et rouvrit l'œil d'un air étrangement résigné, avant de répondre d'une traite, sans prendre la peine de le regarder :
    - « Je suis là pour protéger mes amis et tuer mes ennemis. Donc le danger est partout. Après, si tu me dis que je suis conne juste pour avoir éprouvé un sentiment de compassion avec le garçon qui me sert normalement de petit ami, Elle appuya particulièrement sur le « petit ami », nous ne risquons finalement pas trop d'être dans la même longueur d'onde, toi et moi. Ça va maintenant ? T'as repris tes esprits ? Je peux retourner au combat ? »

Elle se redressa d'un geste las, percuta son épaule, la forçant donc immédiatement à le regarder droit dans les yeux. Et c'est maintenant qu'elle le vit : Ce regard déchiré par la culpabilité. Elle ne bougea pas, resta immobile, les poignets tremblant. Ah, c'est fou, on aurait dit que quand elle bougeait plus, elle ressentait moins la douleur. Le fait de rester figée comme cela était-il une sorte d'auto-punition ? C'est sûr, maintenant, Iku s'en voulait. Et énormément. C'est ainsi qu'elle commença à prononcer le seul mot tabou qu'elle n'avait vraiment pas l'habitude de placer dans une conversation quelconque, et qu'elle ne pouvait lâcher que dans des conditions vraiment spéciale, comme celle ci, occasionnellement. Elle baissa doucement la tête, avant de murmurer un : « Je suis déso ... » presque inaudible. Malheureusement, elle fut coupée en plein élan. Elle serra les dents, les mots du garçon l'atteignaient comme une flèche en plein cœur. Pour la première fois de sa vie, sûrement pas la dernière, il lui faisait la leçon, en tant que bon aîné. C'était vrai, elle n'avait pas réfléchit, elle avait agit n'importe comment, elle aurait du réfléchir, analyser la situation, au lieu de foncer dans le tas, comme elle le faisait toujours. C'était son principal défaut, défaut qui pouvait se montrer impardonnable dans certains cas. Considérons ce cas actuel comme certain.

Elle le prit doucement pas les épaules, le poussa légèrement, tête encore baissée et visage en sang, comme si elle voulait lui faire comprendre « Ne me pousse pas à bout, arrête, je t'en supplie ». Mais visiblement, il était encore plus à bout qu'elle ne l'était. Elle, avec son œil crevé dont la douleur était franchement supportable, et avec ses plaies ne lui faisant plus aucun mal vu qu'elles étaient déjà en train de se refermer, laissant une peau neuve et lisse. Et lui, blessé au ventre, blessé au bras, blessé psychologiquement, et qui ne possédait aucuns moyens de régénération. Entre eux deux, qui était le plus blessé ? Elle, évidemment. Mais entre eux deux, aussi, qui était le plus mal en point ? Lui. Iku avait déjà repris du poil de la bête. Même si elle était triste et vexée, ce n'était rien comparé au jeune homme, qui souffrait intérieurement. Prise d'une légère compassion, un véritable don du ciel, elle posa ses deux mains sur son visage ovale, et lui releva lentement la tête. Lloyd se retira, évidemment, prit une de ses épées, qui retomba directement au sol. La fatigue, sans aucun doute. Il s'effondra, et tel un échappé d'asile, retomba dans son monologue. Il n'allait pas bien. Pas du tout bien. C'était évident, ça crevait les yeux, mais alors que faire ? Utilisez la manière douce ou la manière forte ? Bah, visiblement, la manière douce n'avait pas marché, il l'avait immédiatement repoussée, et c'était prévisible dans de telles conditions. Mais la manière forte, elle, allait-elle marcher ? Pourquoi ne pas alterner les deux ? Avant d'arriver à cette conclusion, Lloyd avait largement eu le temps de finir son discours improvisé. Et tout en l'écoutant, la haine que Iku ressentait envers lui montait comme une flèche. Dès qu'elle entendit le « Vas-t-en », elle ne pu s'en empêcher. Elle s'approcha du garçon telle une furie, leva bien haut la main, et lui décocha une baffe tellement forte qu'on pu même entendre le sifflement de sa lancée parmi tous les cris et coup d'épées qui fusaient autour d'eux. Ah, jamais elle n'avait frappé quelqu'un aussi fort. Et ça faisait du bien.

Sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits, elle lui saisit les épaules, d'un geste milles fois plus brusque qu'auparavant, et se mit à s'exclamer :
    - « Oui, exactement, t'es qu'un sale con ! Un lâche ! Tu ne mérites pas d'être aimé par moi ! Tu veux que je m'en aille ? Je m'en irais ! Mais pas avant que tu ais compris une bonne fois pour toute ce qu'il se trame, ici !! Et pas avant t'avoir protégé ! »
    Elle reporta sa main brûlante à la joue auparavant violemment frappée de Lloyd, avant de continuer, plus calme. La tempête était terminée.
    « Avant de te rabaisser autant, essaye de réfléchir aux conséquences ! Tu t'es vexé toi même, je me suis vexée aussi, à force d'entendre autant de sottises venant de ta propre bouche, et toi tu continues, comme si tu voulais me faire vivre l'enfer … Et ça, c'est horrible, je ne peux pas supporter, je te reconnais pas, le vrai Lloyd me manque … Mais je sais qu'il est là, devant moi … Et pour mon œil, c'est bon, ne t'inquiète pas, j'irais le faire soigner à la fin de la guerre, ce n'est pas un handicap, je peux combattre avec. Lloyd, je t'en supplie, n'oublie pas qu'il y a toujours un vaste ciel bleu derrière les nuages, et que coûte que coûte, tout se règlera … Mais toi, tu es affreusement blessé, plus que moi, alors c'était à moi de te protéger !! Et mon corps amélioré, ces armes qui fusent de partout, je ne peux plus le supporter … Tu dis que tu souhaiterais vivre une vie normale, mais est-ce que tu as pensé à moi ? Toi au moins, tu as le mérite de vivre dans un corps normal ! ... »

Elle ne dit plus rien, à court de paroles. Soudain, elle sentit quelque chose arriver par derrière. Et sans attendre, elle s'élança au cou de Lloyd, le serra fermement contre sa poitrine
[la tête entre les seins ahahah \o/ *out] afin de le couvrir des coups qui fusaient dans son dos, sans rien dire. Elle ne ressentait presque plus aucune douleur, comme si son dos était fait d'acier. Et ce n'était pas qu'impression, car sa peau était désormais dure comme du métal …

Une fois le soldat parti, croyant qu'il avait déjà assez amoché le couple de ces coups, Iku se redressa et lança un doux sourire à Lloyd, un filet de sang lui coulant au coin de la bouche. « C'est bon, je vais bien, ne t'inquiète pas. » voulait dire ce sourire. Elle se leva faiblement, par accoues, et produisant un étrange bruit d'acier quand elle dépliait les articulations. Ça y'est, elle était comme arrivée à la fin de sa transformation, et ses os étaient devenus de l'acier.
    - « Voilà, je m'en vais te protéger, alors. »

Après lui avoir adressé un dernier regard, Iku se retourna, de dos au garçon encore assit, qui devait sûrement être complètement chamboulé par toute cette histoire. Elle commença étrangement à se dévêtir. Elle retira le ruban-ceinture autour de sa taille, le prit entre deux dents, et se mit à enlever sa veste, ainsi que ses mitaines, pour se retrouver en débardeur noir moulant un peu trop ses formes et laissant toutes ses cicatrices poignantes à l'air. Elle plia doucement le tout en un petit tas de vêtement, qu'elle lança à Lloyd derrière son épaule. « Nettoie tes plaies avec ça. C'est un peu sale et plein de sang, mais je pense que ça peut suffire. » lui marmonna-t-elle. La jeune fille se re-fit sa queue de cheval derrière la tête, afin d'avoir quand même une vue claire. De son œil blessé, elle ne pouvait voir que le champ de bataille baignant dans le sang. De son œil sain, elle pouvait tout voir. N'importe quel détail. Elle aperçu même une petite fille enfant des hauts glaciers, essayant de lutter tant bien que mal à un lieutenant ennemis. Elle n'était pas très loin. Donc doucement, elle s'approcha de l'ennemi par derrière, et rien qu'en passant un bout de lame sur la peau de la gorge, elle lui brisa les cervicales. Iku recula vivement, en voyant la foule arriver près de Lloyd. Elle en profita pour hurler à la petite fille de fuir, avant de reporter son attention sur la foule de soldats. Soudain, elle leva le bras vers eux, les doigts en geste de revolver, un sourire décidé au visage.
    - « STOP !! »

La foule ne se fit pas prier, et, devant l'envergure de cette jeune fille à peau métallisée, blessée, mais pourtant si souriante, s'arrêta immédiatement.
    - « Ben voyons, une fille contre une trentaine d'hommes baraqués, c'est pas du jeu, laissez moi au moins me préparer ! Ah ! Le gros tas rouge derrière moi ? Noon, non, ne vous inquiétez pas, je le couvre, vous m'aurez toute entière, sans personne pour vous déranger. »

Au fil de ses paroles, devant les yeux ahuris des soldats, elle commença soudainement à se concentrer, sans néanmoins les quitter du regard. Le bras en revolver toujours tendu vers eux, elle tira sur la gâchette. Ce ne fit pas un « pan ! » qui se fit entendre mais un véritable déchirement. Un énorme anneau s'était soudainement détaché de son bassin, comme si il s'était matérialisé dans son corps, et qu'il avait été expulsé d'un seul coup. Ce qui c'était passé réellement, en gros. Il n'y eu qu'une légère explosion de sang, car une plaque de fer lisse avait immédiatement pris place à la blessure, une légère couche de peau était en train de renaître dessus. Au même moment, des énormes lames étaient sorties de ses poignets. Au même emplacement que d'habitude, certes, mais au moins deux voire trois fois plus longues. Elle devaient faire un bon mètre de longueur. Et quand elle baissait les bras, les lames touchaient le sol.

Ainsi, un éternel sourire gravé sur son visage, elle s'élança dans la foule. Et malheureusement, elle était loin d'en sortir.

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }



Dernière édition par Iku L. Samuro le Lun 24 Aoû - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 23 Aoû - 5:52

C'EST SUPER COURT MAIS JE M'EN FOUS ;_;

Eh, Lloyd, où es-tu?

Tout ce qu'il entendit, ce fut son cœur battre. Ses yeux refusèrent de voir, l'odeur de brûlée semblait s'être dissoute dans l'air. Peu à peu, il ne sentit plus les muscles de son corps, ses sens disparaissaient sans lui laisser aucune chance de se battre en retour. Le monde autour de lui était si calme qu'il lui parut irréel. Est-ce qu'il... devenait inconscient?... Ses paupières étaient lourdes, les battements de son cœur étaient ridiculement forts et agaçants, il sentit ses poings se détendre et ne prit même plus conscience de ses propres blessures. Bizarrement, il se sentait extrêmement bien... Pourtant, lorsqu'on le regardait, on ne voyait qu'un garçon les yeux grands ouverts, et à la respiration haletante et irrégulière. Le simple fait de penser lui donnait la migraine, et il se rendit compte bien vite qu'il était dans un état second. Brusquement, il se prit la tête entre ses deux mains meurtries, ferma les yeux de toutes ses forces, et se mit à tousser avec une violence inimaginable. La douleur était insupportable.
La dernière chose qu'il distingua, ce fut des pas précipités dans sa direction.
Lorsqu'il rouvrit les yeux, son corps était en face de lui. Croyant halluciner, il se frotta vivement ses paupières. L'illusion ne s'en alla pas. Choqué, il se mit à genoux, les deux mains sur le sol glacé. Il releva la tête. Ce qu'il vit lui donna la nausée: Lloyd était allongé, à l'endroit où il se trouvait auparavant, Iku à ses côtés. Sauf que... Quelque chose n'allait pas. Il s'approcha doucement à quatre pattes, au moment où il vit son propre visage, il poussa un hurlement. La moitié de son visage avait été déchiré, déchiqueté par on ne sait quel démon. Iku était agenouillée près de son corps, les larmes ne s'arrêtaient pas de couler de ses joues, si pâles. Il tendit une main vers elle, mais elle ne le remarqua pas. Il cria son nom, aucune réaction. Il sentit à ce moment précis ses propres yeux se remplirent de larmes brûlantes. Il était vraiment... Mort? Comment, pourquoi?... C'était impossible...
Soudain, les pleurs d'Iku s'arrêtèrent, pour laisser place à un silence de plomb. Alors qu'il avait perdu tout espoir, elle le fixa. Lloyd ne bougea pas, et ne la quitta pas des yeux. Elle se releva, avança vers lui et enfin, s'accroupit juste en face de son visage. Elle leva lentement sa main droite, souriante. Lloyd la dévora des yeux, comme absorbé par ses gestes. Subitement, son sourire s'évanouit, et sa main se crispa d'une manière effrayante. Il voulut reculer, mais le sol semblait absorber ses pieds. Il voulut crier, mais sa voix aussitôt disparue. C'était un cauchemar, un horrible cauchemar. Brusquement, sa main s'abattit sur sa joue dans un bruit sourd.

Bienvenue dans le monde réel, Lloyd.

Le monde autour de lui était flou, tout ce qu'il entendait ne semblait pas parvenir jusqu'à ses oreilles. Il ne percevait que des bourdonnements agaçants. Enfin, il reconnu la silhouette qui se tenait devant lui. Iku, évidemment. Elle lui parlait, apparemment. Mais il n'y comprenait rien. Il la regardait d'un air blasé, indifférent, las. Ses mots s'alignaient sans aucun sens logique. Elle reprit sa respiration, peut-être allait-il discerner quelque chose maintenant?
Il cligna des yeux, et repris peu à peu conscience du monde autour de lui. La douleur se fit ressentir, elle aussi. Son cœur reprit un rythme normal. Il était enfin revenu à lui et Iku, elle, repartit dans son discours sans queue ni tête. Elle lui faisait sans doute la leçon, mais il n'arriva qu'à saisir quelques phrases, notamment ‘le vrai Lloyd me manque’, ‘c’était à moi de te protéger’, ‘...vivre dans un corps normal!...’ Elle s’arrêta. Visiblement, elle n’avait rien d’autre à ajouter. Il s’apprêta à répliquer, mais elle ne lui en laissa pas le temps: elle le prit dans ses bras, comme pour le protéger. Il ne vit rien, mais il pouvait percevoir très clairement qu’Iku se prenait tous les coups à sa place. C’était insoutenable.
Lorsqu’il se retrouva avec ses vêtements entre ses doigts, il comprit précisément pourquoi elle était dans une telle rage. Son désir de gagner en était presque effrayant, tout ce qu’elle voulait, c’était se battre et visiblement, ce n’était pas lui qui pourrait lui en empêcher. Il se surpris à sourire malgré lui. Iku avait toujours été comme ça, son caractère en avait déjà fait trembler plus d’un. Ce n’était pas Lloyd qui changerait une habitude pareille. Il essuya vivement ses plaies, comme pour se redonner le courage qu’il avait perdu. Tout ce qu’il souhaitait à présent, c’était prouver à Iku qu’il n’était pas aussi con, pas aussi lâche, et surtout beaucoup plus aimé qu’elle ne le pensait. Lorsqu’il éleva son regard, il la vit se tenant droit devant lui, de dos. À chaque fois qu’elle avait ce sourire aux lèvres, il était complètement envoûté par ce regard de braise, cette détermination qu’elle n’avait jamais perdue, pas même une fois. Devant elle, 30, non 20, merde, beaucoup de soldats quoi. Malgré cette foule, elle gardait cette force en elle. Celle qui lui permettait de ne jamais s’avouer vaincue. Pourquoi est-ce qu’elle était aussi géniale dans ces moments là? Il sentit son cœur s’emballer à chacun de ses mots. Il ne pouvait pas aller la rejoindre maintenant, non, elle n’avait pas encore fini son show. Le final arriva bien plus vite que prévu: ses lames, ses énormes barres de fer, paraissaient jaillir de chaque partie de son corps. Plus précisément, elles s’extrayaient de sa propre âme. C’était un véritable spectacle qui se tenait là, devant ses yeux ébahis.
Il n’attendit pas une seconde de plus, il se redressa. Sa cheville lui faisait un mal de chien, mais il n’en avait rien à faire. Ses deux épées étaient plantées dans le sol durant tout ce temps, comme si elles l’attendaient. Non, vraiment. Il les prit sans aucune hésitation, et sentit de nouveau ce saisissement exceptionnel. Cette sensation de puissance qu’il n’avait pas éprouvée depuis si longtemps. C’était grâce à cette pierre non? Elle lui permettait d’obtenir cette victoire à coup sûr. Ainsi, il prouverait à Iku qu’il n’est pas si inutile. Il contempla la scène devant lui: Iku maîtrisait chacun de ses mouvements, les plus précis et violents possibles. Un véritable carnage donc. Il n’allait pas la laisser gagner seule cette bataille! Il se précipita dans la foule, ses deux sabres en main. Lorsqu’il fut au milieu de cet incontrôlable boucan, il du enchaîner ses coups le plus rapidement possible. Avec ce monde, il était difficile de voir Iku. C’est pour cela qu’il mis en place une logique imparable: moins il y aura de soldats, plus vite elle l’apercevrait, et plus vite elle assumera ses erreurs.
Quelques minutes plus tard, il la vit enfin. Enfin, elle était à quelques mètres de lui, il n’avait qu’à se retourner. Malheureusement, ils étaient tous les deux en plein combats, ils ne pouvaient pas se permettre d’être inattentif, même si ce n’était qu’une poignées de secondes. Lloyd prit vite conscience du danger, et n’eut besoin que de faire quelques pas en arrière pour se retrouver dos à dos avec celle qu’il admirait tant, autant pour son courage que ses aptitudes. Il sourit, puis cria presque:

- « Quand on sera sorti de ce bordel, sois sûre que tu auras le droit à ta gifle! J’ai encore la joue qui brûle à cause de toi! »

Un autre de ces multiples adversaires se précipitait déjà vers lui. Il resta concentré et le mit le plus rapidement possible hors de contrôle, afin de reprendre sa conversation avec Iku.

- « Alors... » Il était essoufflé, sa respiration était saccadée. « Est-ce que je ne mérite toujours pas que tu m’aimes?! » Il voulait qu’elle l’entende, alors il avait quasiment hurlé.
Il n’eut pas le temps de reprendre son souffle, deux autres soldats s’approchaient, et Lloyd commença à reconnaître le sens du mot ‘fatigue’. Il était épuisé, mais voulait absolument lui dire ce qu’il avait sur le cœur. Alors cette fois, en plein milieu d’un duel, il n’hésita plus à hurler.

- « Tu es têtue... » Il encaissa un coup, en plein abdomen. « Argh!... Parfois égoïste... » Sur ce coup-ci, c’est lui qui mit à terre son adversaire. « Mais... » Malheureusement, il se releva. « ... Tu mérites vraiment que je t’aime! » Il planta son épée au beau milieu de son torse, il ne se redressera plus. « ALORS MOI AUSSI JE LE MÉRITE! »

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Ven 28 Aoû - 4:38

Observation, réflexion, action.
C'était comme cela qu'elle voyait tout ce qui l'entourait depuis déjà une bonne demie-heure.

Les sourcils froncés et un air décidé dans les yeux, Iku continuait à se battre. Elle plaçait ses coups avec une détermination et une dextérité presque parfaite. Son observation, elle l'avait déjà effectuée. Sa réflexion aussi. Maintenant, elle passait à l'action.
« Je vous tuerais tous. Un par un. »
C'était une véritable danse de feu et d'acier. Une pirouette, deux pirouettes, et de longs cristaux enflammés sortaient de son anneau vulgairement taché de sang. Et elle continuait son show, sa danse frénétique, ou chaque pas était fatal, non pas que pour ses ennemis, mais également pour elle. Il ne fallait plus se tromper. Il ne fallait plus hésiter. Entourée d'objets coupant en tout genre, on pouvait dire qu'elle était entre la vie et la mort. Mais pour cette jeune fille, il était impossible de rester à l'affut. Imprévisible, c'était ça. Elle frappait ce qu'elle pouvait, et ses armes faisaient office de bouclier. Quand elle se prenait un coup, elle l'oubliait vite. Elle était si obnubilée par son désir de tuer qu'elle en avait presque oublié sa préoccupation principale : Lloyd. Bah, et alors ? Elle le protégeait bien en se battant, non ? Elle pouvait profiter un peu de la bataille, non ? C'est en y pensant qu'un effrayant sourire trop contenu marqua les traits de son visage. Un sourire … De psychopathe. Pourtant, elle ne s'était jamais avouée psychopathe, sadique, ou un autre truc du genre. Bon, certes, sadique, légèrement, mais ce n'était qu'un simple délire entre étudiants, rien de plus. Au fond, Iku avait toujours été censée. Impulsive, autoritaire, mais censée. Elle ne mâchait pas ses mots, certes, mais elle y réfléchissait, et répondait au quart de tour. Et même ici, en pleine bataille, elle ne cessait de réfléchir. Sa façon de combattre, les dégâts d'un coup, le placement d'un jet de lame, tout passait dans sa tête à une vitesse impressionnante. Pourtant, au niveau de sa protection, rien. Son plus grand défaut. On aurait pu l'empaler par derrière, elle ne l'aurait, elle, pas prévu. Pour elle, c'était … Impossible. Son sourire s'effaça, ses yeux se fermèrent progressivement, puis elle s'immobilisa. Faire tout ces mouvements, ça ne servait à rien, non ? Elle était fatiguée. Exténuée. Elle n'arrivait plus à faire un seul mouvement, elle n'en avait plus le courage. Et peu à peu, son regard se vida de l'étincelle déterminée qui y brillait auparavant. Elle se reposait, ses armes faisaient le reste. Elle abandonnait.

C'est alors qu'elle entendit une voix.

C'était une voix qu'elle connaissait. Une voix bien familière, oh oui. Mais cette voix si familière, elle n'aurait pas pu imaginer l'entendre dans ces moments là. C'était une voix d'homme, à consonance grave, évidemment. Une voix qui inspirait confiance, une voix amusée. Et surtout, cette voix était source d'un sourire. Soudainement, Iku tourna la tête. Derrière elle, dans la foule de soldats, elle aperçu Lloyd. Lui, il avait réussit. Il était plus fort que ce qu'elle pensait, finalement. Souriant, sabres en mains, et à l'affut, il avait fait face au combat. Ainsi, la tête tournée en sa direction, et les yeux complètement écarquillés, elle l'écoutait. Elle l'écoutait, sans faire attention aux coups qu'elle se prenait. C'est comme si le danger de mort était actuellement inexistant. Oui, c'était exactement ça. Perdue dans ses paroles, il n'y avait que lui et elle. Mais qu'est-ce qu'elle faisait, au juste ? Elle restait, plantée là, en attendant que le temps passe ? Elle se croyait en plein rêve ? Elle pensait qu'elle allait se réveiller si elle se donnait une bonne claque, ou si elle en recevait une ? Mais pourtant, ce qu'elle avait reçu jusqu'à maintenant, n'était-ce pas le simple équivalent d'une claque multiplié par dix, voire par cent ?! Elle cligna des yeux, une fois, deux fois, trois fois. Et soudain, les deux dernières heures qui s'étaient écoulées passèrent dans sa tête à une vitesse monstre. Les reflets rouges, l'explosion, l'envol, la chute, le désir, l'élancement, la peur, la vision, la panique, l'action, la blessure, le noir, le combat, et … L'échec.
Il est temps de revenir à la réalité des choses, Iku.
Mais malheureusement, ce coup arriva bien trop vite.

Elle fulminait sur place. Les yeux grands ouverts, elle affrontait ce qui lui restait de peur. Ce qui s'était passé auparavant était l'entracte, la pause, et désormais, le final du spectacle arrivait. Sa tête était levée haute. Son bras était tendu sur l'épée, dont la main serrait la lame avec fureur, comme si elle se fondait dedans. Et le sang coulait, il coulait doucement sur son poignet nu, et atteignait son épaule, gouttelette par gouttelette. Le soldat était condamné. A voir le regard de la jeune fille, il n'allait pas tarder à mourir dans les prochaines minutes qui viendront.

« Je n'abandonnerais plus. »
Soudain, un énorme canon sortit de son épaule gauche.
« Je ne perdrais plus. »
Elle fit basculer le soldat vers l'avant, il s'étala au sol dans un bruit sourd. L'épée qu'il avait auparavant dans la main rejoignit les rangs d'Iku, qui la tenait désormais de ses doigts ensanglantés, menaçant l'abdomen de l'homme.
« Je terrasserais les ennemis sans aucune pitié. »
Le canon fit une sorte de pirouette, pour menacer cette fois le cœur du soldat. Une masse de lumière importante commença à en sortir.
« Je protégerais mes amis. Je conserverais mon pays. »
Puis, l'explosion. L'homme fut anéanti sur-le-champs.

« ET JE RÉUSSIRAIS !!! »

D'un côté, l'homme, son coup d'épée et son cri triomphant, de l'autre côté, la femme, son coup de canon et son cri de haine. Les deux cris et les deux coups avaient retentis en même temps, dans une osmose et une synchronisation parfaite. La jeune fille ferma les yeux, ne pouvant plus supporter sa vue baignée de sang, puis elle se tourna sur le côté. Qu'avait-il dit ? « Tu mérites vraiment que je t'aime alors moi aussi », un truc du genre ? Iku ne semblait ne pas l'avoir écouté. Pourtant, elle avait dévoré chacun de ses mots comme on mange une bonne tarte aux framboises (métaphore Oo), et était littéralement captivée par l'aura qu'il dégageait actuellement. Un petit sourire grandis sur ses lèvres en réponse à celui de Lloyd, montrant légèrement ses dents d'une clarté éclatante, et un vent brûlant lui souffla sur l'arrière de sa tête, faisant virevolter ses quelques mèches dégradées qui n'avaient pas tenus dans sa queue de cheval. Et elle pleurait. Elle pleurait du sang. Des larmes écarlates coulaient sur sa joue gauche à une vitesse fulgurante, parfois accompagnées de sclérotique, comme si la plaie était en train de se nettoyer. Elle faisait son travail de coagulation, jusqu'à ce que toute la plaie soit nette, et qu'on ne puisse percevoir qu'un énorme trou à la place de son globe oculaire. Elle se retourna entièrement, cette fois face à lui, et posa ses mains sur ses épaules. Son cœur battait à tout rompre. Elle semblait calme extérieurement, mais elle était complètement déchaînée. Elle voulait lui dire une et milles choses, Elle voulait le serrer contre elle, lui dire qu'elle l'aimait, et qu'elle voulait rester à ses côtés pour toujours, mais elle n'arrivait pas. Ça ne sortait pas. Malgré tout, cela se voyait dans son regard. Un regard passionné, qui se voyait autant dans son œil intact que dans son œil en « réparation ». Cet œil auparavant tranché en deux était en train de se reformer lentement, à partir de la pupille. Malgré tout, le sang continuait de couler, et Iku se sentait de plus en plus faible. Elle tiqua et serra les dents, avant de s'approcher de Lloyd et de lui murmurer à l'oreille d'une voix douce, presque collée contre lui :

« Et aussi … Je te montrerais que tu mérites largement … Même trop ... mon amour ... »
Elle se recula de quelques centimètres et pointa sa joue droite du doigt. On pouvait apercevoir au loin un soldat qui commençait à courir vers elle, la dague pointée vers son dos. Malheureusement, elle ne l'avait ni entendu, ni aperçu, ni sentit. Ainsi, elle continua son petit topo, amusée.

« Alors, ma gifle ? Je l'att- ...


Ugh ... »


Iku recula lentement et baissa la tête, l'œil écarquillé. En observant son ventre qui lui faisait actuellement une étrange sensation de vide mêlée à la douleur, elle aperçu une fine lame lui transperçant la peau, d'une bonne vingtaine de centimètres en longueur. Elle était fine. Très fine. Comme une dague. Et encore heureux, sinon ses organes vitaux auraient prit un bon coup … A quelques millimètres de ses artères, la lame menaçait son cœur, que Iku sentit s'arrêter pendant quelques instants, ou elle garda l'œil grand ouvert. Elle ne se laissa pas faire pour autant et reprit très vite ses esprits. Aussitôt, elle fit volte face, levant la jambe bien haut, et percuta du pied le soldat qui lui avait planté cette dague. Dans la même seconde, elle ôta cette dernière, ce qui la fit pousser un gémissement de douleur, et la lança à l'aveuglette sur le soldat, qui la reçu en plein bras, le bloquant donc au sol. Soudain, elle eût une idée. Le sang coulant à flot dans son dos, elle se mit à fixer la plaie que Lloyd avait à l'abdomen et leva la main, comme pour lui dire « ça va, je vais bien, je n'ai pas besoin d'aide ». Puis elle passa une main sur son œil en cours de régénération, perdue dans ses pensées.
« J'ai … Compris ... »
Soudain, elle posa une main sur son dos, cherchant sa plaie. Dès qu'elle la trouvât, elle se pencha en arrière et laissa couler le sang dans sa main, puis s'avança vers Lloyd, passa sa main ensanglantée sous sa veste, et la plaqua sur sa plaie. Elle mêlait son sang au sien, et son astuce marchait. En effet, la plaie du garçon était déjà en train de se refermer sous leurs yeux.

Puis, lentement, elle releva la tête, un sourire décidé au lèvres, et un regard qui voulait tout dire.

« Allons-y. »

Allons combattre.

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Sam 29 Aoû - 15:06

Un sourire.

Toute cette force, tout cet optimisme, tout s’était résumé par un unique et faible sourire.
Pourtant, on n’avait rien à lui envier. Qui voudrait se retrouver dans un endroit pareil, contraint à tuer n’importe qui ? Il se conduisait comme un fou. La seule chose intacte qu’il lui restait, c’était son cœur, dont les battements ravivaient chaque cellule de son corps. Le reste ? Il était maculé de sang. S’il était dans un état pareil, comment pouvait-il encore tenir debout ? C’était la question qu’il n’avait pas arrêté de se poser. Et pourtant, la réponse était sous ses yeux : une leur éclairait doucement son visage. Elle venait de sa main évidemment. Cette exsphère contrôlait chacun de ses mouvements, chaque coup qu’il avait fait subir à ses ennemis. Il n’avait aucun mérite. C’est pour cela que la seule chose qu’il possédait encore, c’était son cœur, qui lui rappelait sans arrêts ses véritables douleurs.
Ce liquide rouge qui surgissait paisiblement de son estomac, il provenait du coup précédent qu’il n’avait pu arrêter. Lentement, il se plia en deux, les deux mains plaquées contre sa blessure. Toute cette détermination, toute cette envie de gagner s’était écroulée en quelques secondes. Il était devenu pathétique. Oui, pathétique. C’était le mot qui le décrivait parfaitement. Comme quoi, il n’était ni invincible, ni convainquant. Sa souffrance était telle que ses yeux se remplirent instantanément de larmes. Il avait manifestement perdu toute crédibilité. Pour finir, il sentit sa main desserrée peu à peu l’une de ses deux épées, qui s’effondra lamentablement sur le sol. Il avait… Encore perdu ?...

Lloyd, il te reste encore un espoir. Et il est derrière toi.
Il se releva brusquement, le sang sur ses joues s’était mêlé à ses larmes. Lentement, il se retourna. Quelqu’un était là. Il n’était pas seul. Iku, dans un état visiblement infect, était juste ici. Il cligna des yeux, incapable de dire le moindre mot. Pourtant, il y a seulement quelques minutes, il lui parlait comme si sa vie en dépendait. Alors pourquoi était-il aussi silencieux ?... Soudain, il remarqua qu’il n’eut pas besoin de dire la moindre phrase : les yeux d’Iku parlaient pour elle. Honnêtement, il ne comprenait pas un mot de ce qu’elle souhaitait lui dire. Seulement, plonger ses yeux dans les siens lui suffisait pour savoir de nouveau pour qui il se battait. Et la raison pour laquelle il était là, celle qu’il avait tendance à oublier. Son visage paraissait flou, mais il ne s’en inquiétait pas : la voir dans un état pareil ne l’aiderait vraiment pas à se sentir mieux.
Il cligna de nouveau des yeux, désormais conscient du monde qui les entourait. Pour elle, ils n’étaient que tous les deux ici. Mais Lloyd jeta un regard furtif aux alentours. Il se raidit. Quelqu’un s’approchait. Fonçant tout droit vers eux. Apparemment, il était le seul à l’avoir remarqué. Il murmura doucement, la voix enrouée :
    - « I… ku… »

Elle ne l’écoutait pas, ou peut-être n’avait-elle pas entendu ? Quoiqu’il en soit, elle ne bougea pas, trop occupée à sourire. Il devait réagir, faire quelque chose, ou sinon… Mais tout s’enchaîna trop vite.
    - « IKU ! »

Trop tard.
Alors qu’il tendait la main vers elle, une chose horrible se produisit. Lloyd trébucha en arrière, puis resta immobile, paralysé par ce qu’il venait de voir. Il l’avait perdu, sous ses yeux, par sa faute, encore une fois… ? Pourquoi c’était toujours de sa faute, à chaque fois… Pourtant…
Il n’existait aucune personne normale capable de survivre face à une hémorragie aussi importante. Alors comment pouvait-elle…
En effet, Iku mit hors de contrôle son adversaire, puis se retira l’arme sans la moindre hésitation, sans pour autant empêcher l’écoulement de son sang.
    - « Im-Impossible… »

Il ne comprenait strictement rien à ce qui se passait devant lui. Toujours à terre, il la fixa, choqué. Cela faisait longtemps qu’il savait qu’Iku n’était pas ce qu’on pouvait considérer comme… Une personne normale. Mais ce qu’il avait vu ne correspondait en rien à ce qu’il connaissait d’elle. Soudain, elle se retourna vers lui, l’air blasé. Son regard habituel. En un instant, elle se retrouva à quelques centimètres de lui. Est-ce qu’il rêvait ? Il était encore tombé dans les pommes, c’est ça ? Vite… Il devait la repousser maintenant… Impossible, il ne pouvait pas faire le moindre geste, paralysé par ses yeux. Ou plutôt son œil. L’autre lui donnait la nausée. Il ferma les yeux de toutes ses forces, espérant pouvoir se réveiller, car tout n’était qu’un mauvais rêve.
    - « Aah… »

Un frisson le parcourut le long du corps. Puis, une brûlure intense... Inquiet, il ouvrit doucement les yeux. Cette douleur. Celle qui l’avait tant fait souffert, s’atténua de manière inattendue. Il baissa les yeux : la main ensanglantée d’Iku était contre sa peau. Il resta muet, incapable de comprendre la situation. Toujours aussi silencieuse, elle se releva et esquissa un faible sourire. Pourquoi elle ne lui expliquait jamais rien… Il se surprit à sourire lui aussi, et se redressa doucement, encore sous le choc. Tout ce qu’il avait retenu, c’était qu’elle s’était blessée par sa faute, encore une fois. Pire, si elle n’avait pas réagit sur le champ, c’était la mort qui l’aurait attendue. Elle n’avait donc rien compris ?... Il soupira, puis s’approcha d’elle. Visiblement, c’était à son tour de lui donner une leçon. Il ferma les yeux, et enfin, leva sa main droite…

Celle-là. Elle l’avait méritée.
Sa main s’abattit sur la joue pâle d’Iku. Perturbée, elle fit un pas en arrière. Il resta silencieux quelques secondes, les points serrés, l’un en face de l’autre.. Il n’avait pas pu s’en empêcher, elle n’avait vraiment rien compris… Alors pourquoi se sentait-il aussi mal ?... Il devrait être satisfait non ? Frustré, il fronça les sourcils, puis fixa le sol. Bizarrement, il sentit les larmes lui monter aux yeux. Il ne pouvait pas se remettre à pleurer, il n’en avait pas le droit, c’était lui qu’il l’avait frappée non ? Alors il n’avait aucune raison de regretter son geste. Non, aucune raison…
Il n’avait aucune raison de se retenir une seconde de plus.
Brusquement, il la prit dans ses bras, l’empêchant de faire le moindre geste. Il enfouit sa tête dans son épaule, même s’il sentit ses lames frôler dangereusement sa peau. Il releva la tête, puis, tout en fixant loin devant lui, il sanglota, comme un idiot. On aurait dit que c’était lui qu’on avait giflé. Au bout de quelques secondes, il reprit sa respiration, afin de pouvoir aligner quelques mots.
    - « Espèce d’idiote ! Tu n’as rien à compris à ce que je t’ai dit hein ?! J’en ai marre que tu te blesses par ma faute ! Fais attention à toi ! Sois pas aussi inconsciente… J’ai cru que j’allais te perdre Iku… Ne me fais plus peur comme ça… Tu te rends pas compte à quel point tu comptes pour moi… A quel point j’ai peur pour toi…»

Il rouvrit les yeux, légèrement rouges. Puis, subitement, fit un bond en arrière, et se lança vers un soldat qui s’était précipité vers eux. Armé de son unique lame, il enchaîna les coups, aidé par la colère qu’il gardait au fond de lui. Et, au bout de quelques coups, il le mit à terre. Mais son adversaire s’empressa de s’enfuir avant d’être tué. La respiration haletante, il se retourna vers Iku, le visage encore en pleurs. A moitié partagé entre la colère, la tristesse et la peur. Il s’approcha d’elle, la tête basse, il lui était impossible de la regarder en face. En tout cas, pas dans un état pareil.
    - « Je veux juste… Que tu arrêtes de faire l’idiote ! Et que tu penses à un peu plus à ce que je ressens ! T’es vraiment égoïste !! »

Il insista sur la dernière phrase. C’était tellement rare pour lui de se lâcher comme ça, qu’il ne pouvait pas se permettre de ménager ses mots. De toute façon, comment être crédible et sérieux tout en pleurant ? Elle ne l’écouterait pas, ou peut-être le giflerait-elle… Il s’en fichait de toute façon. Il devait juste lui dire ce qu’il avait à dire, c’est tout.
Il essuya vivement ses larmes, complètement déboussolé, mais pourtant si déterminé. Étonnamment, il sourit de nouveau, puis ramassa sa deuxième épée, qui jonchait depuis tout ce temps sur le sol. Il laissa couler quelques larmes, puis reprit une dernière fois la parole :
    - « T’arrives même à me faire pleurer… T’es incroyable hein… »

Il l’avait dit d’un ton amusé, comme pour éviter une dispute fatale.
Il fit quelques pas en arrière, toujours souriant, mais surtout, soulagé. Il regarda derrière lui, et, sans même l’attendre, se lança dans un groupe de soldats à quelques mètres devant lui, les deux mains serrées sur ses armes. Il ferma les yeux, il n’avait plus peur désormais. Quand elle n’était pas à ses côtés, il n’avait plus à s’inquiéter de rien. Non pas qu’elle était un poids, mais qu’il ne se sentait plus obligé de vouloir la protéger à tout prix. Ce qu’il n’arrivait jamais à faire bien sûr.
Tandis qu’il s’immergea dans le groupe, doucement, il ressentit son cœur battre à toute vitesse. Une étonnante poussée d’adrénaline s’était manifestée en lui, et tout ça grâce à, ou peut-être à cause, d’elle. Une dernière larme s’effondra sur sa main. Et plus précisément sur son exsphère, qui l’aveugla par sa lumière.

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Sam 29 Aoû - 23:07

Ils étaient en totale contradiction.

Entre les deux adolescents régnait un sentiment oppressant d'ignorance totale. Et ce ne fut qu'à l'instant que Iku s'en rendit totalement compte. Ni lui, ni elle, n'avait compris réellement ce qu'il se passait. Elle, elle croyait qu'elle ne pouvait que protéger Lloyd, elle faisait face à toutes les blessures possibles et imaginables, et elle continuait bravement à combattre. Mais pourquoi ne pas arrêter de se mentir et laisser tomber la partie une bonne fois pour toute ? Elle n'était pas invincible, si ? Non, malheureusement. Lui, par contre, il pensait trop différemment : Il ne faisait pas confiance à Iku. C'en était vraiment déroutant, mais tellement influençable. Tellement que la jeune fille se demandait si ce n'était pas vrai, et si elle n'était finalement qu'une sale idiote égoïste qui faisait croire qu'elle voulait protéger les autres alors qu'elle n'en voulait que le mal … Non ... Ce n'était pas ça du tout … Soudain, elle reçu toutes les douleurs infligées par ses blessures d'un coup. Tout était trop contenu. Elle avait trop serré les dents. Et maintenant, elle ressentait tout. C'était horrible, comme si on lui empalait le corps avec des centaines de lames. Elle brûlait intérieurement, son corps était en feu, mais extérieurement, elle était froide comme de la glace. Elle était complètement figée, les yeux écarquillés, cherchant un moyen de fuite mais n'en trouvant malheureusement pas. Ainsi, elle se prit une gifle en pleine joue, mais sa réaction ne fut pas plus forte qu'un simple mouvement de recul, et un tressaillement des sourcils. Trente secondes plus tard, elle sentait le corps chaud de Lloyd contre elle, et ne pu toujours pas faire un mouvement.

Un peu de chaleur dans ce monde glacé.

Le seul mouvement qu'elle pu faire fut un bref balancement de la tête. Son cou se baissa légèrement, trop fatigué de porter une tête si lourde et si douloureuse, et son front tapa contre l'épaule du garçon. Puis se fut à son tour de se reculer, et elle tomba sur les genoux, ne pouvant cette fois plus porter son corps entier. Néanmoins, elle leva les yeux tellement haut qu'elle réussit à apercevoir la bouche du garçon pousser de multiples plaintes contre elle. Mais il devra se contenter que de simples hochements de tête répétés, à chaque exclamation qu'il répliquera. Iku savait, qu'il pleurait. Elle savait que c'était de sa faute, aussi. Elle savait tout, désormais. Mais qu'on lui répète tout ça directement, ça faisait mal, très mal. Elle avait assumé ses erreurs depuis bien longtemps, maintenant. Mais même en ayant assumé, elle ressentait un sentiment de honte horrible. Son regard rempli de culpabilité retomba au sol. Pourquoi à chaque fois que l'un faisait la morale à l'autre, ou essayait de le réconforter, cet autre était incapable de faire un seul mouvement donc de répondre ? C'était tragique.

- « Je … V-voulais … Y retourner et … Et … Protéger tous ces gens … Mais … Mais … Je n'ai pas … Pu … Je suis ... »

Elle fut coupée par une gerbe de sang qui s'échappa de sa bouche, provoquée par une toux dévastatrice. Actuellement, elle se parlait à elle même. Lloyd était déjà trop loin pour l'entendre, et puis, elle parlait tellement bas qu'on n'aurait même pas pu percevoir la nature de ses paroles en collant son oreille à ses lèvres. C'était à croire qu'elle ne faisait que penser, finalement. Mais à quoi bon s'arrêter maintenant ? Ces essais de parole inaudibles étaient la seule chose qui lui restait.

- « Nulle … Et ridicule par dessus le marché ... »

Toute sa douleur commençait à s'estomper légèrement. Iku en profita pour lever la tête et se décrisper le corps en faisant de minuscules mouvements ressemblant à des tremblements ou à des convulsions. Elle regarda autour d'elle. A gauche, le néant. Devant elle, Lloyd se battant seul avec quelques soldats qu'il n'allait pas tarder à terrasser. Puis à droite, il y avait la petite fille de glace qu'elle avait tenté de protéger dernièrement, allongée au sol, et visiblement inconsciente. Ce fut la seule chose qui réussit à ranimer la petite flamme de protection qui brillait dans l'œil de la jeune fille. Sans attendre, sans faire attention à ses blessures et à sa douleur, elle s'élança vers la petite fille, manquant de s'écraser au sol à chaque mouvement qu'elle faisait. Une fois devant elle, elle se laissa de nouveau tomber sur les genoux. Les cheveux d'un cyan éclatant encadrant le visage d'ange de la fillette étaient tâchés de sang, comme presque la totalité de son corps. Et à l'emplacement de son cœur, on pouvait voir un énorme trou, les artères flottant dans le vide, comme si un vampire assoiffé de sang le lui avait arraché. Pourtant, Iku n'arrivait pas à réaliser. Sans attendre, elle prit la petite fille dans ses bras, la posa sur ses genoux, et se força à tousser du sang pour ensuite poser la main ensanglantée sur le trou. Elle y croyait. Elle croyait qu'elle réussirait à la ranimer. Elle en était même SURE. Malheureusement …

Échec.

Impossible de refaire l'organe. Iku avait trop surestimé son pouvoir. Même après s'être faite saignée une bonne dizaine de fois, la seule chose qu'elle réussit à faire fut de reformer une couche de peau par dessus le trou tellement fine qu'on pouvait voir les débris de l'organe à travers. C'était horrible. Devant cette scène, la jeune fille ne pu retenir ses larmes. Ainsi, elles se mirent à couler à flot. Les larmes qui, normalement, étaient source de chaleur et de soulagement pour Iku, étaient maintenant devenues brûlantes et douloureuse. Brusquement, elle serra le cadavre contre elle, et cette fois, ne s'empêcha pas de hurler, puis d'éclater en sanglots.

- « Je suis nulle … JE SUIS NULLE !!! JE SUIS INCAPABLE DE PROTÉGER QUELQU'UN !!!! Tu avais raison, JE SUIS ÉGOÏSTE !! Pourquoi est-ce que je ne fais pas attention aux autres ??!! Pourquoi je n'arrive pas à faire mieux ??!!! Dis le moi, Lloyd. DIS LE MOI !!! Mes parents … Puis des milliers de gens … Et cette petite fille … Tout ça par ma faute … JE SUIS UNE MEURTRIÈRE !!! UNE VÉRITABLE MEURTRIÈRE !!!! »

Il ne devait pas l'entendre, c'était tant pis. Iku voulait une réponse. Elle était complètement perdue.
Elle frappa le sol des deux poings, avant de continuer à crier :

- « Réponds moi … RÉPONDS MOI, BON SANG !!! Je … Je devrais plutôt me tuer, même si je ne le veux pas … Comme ça, vous seriez une bonne fois pour toute débarrassés de moi ... »

Puis elle s'arrêta, complètement démolie.
Elle était seule de nouveau.

Elle ne savait pas si Lloyd était devant elle ou encore en train de combattre. Ça, elle n'en savait rien. Elle ne voulait pas le savoir. Pas qu'elle s'en fichait, non, mais plutôt qu'elle ne voulait pas affronter la réalité. Lentement, toutes ses armes rentrèrent dans son corps. Que ça soit aux poignets, au bassin, à l'omoplate droit, au gauche, il n'y avait plus rien. Son corps était désormais identique à celui d'une parfaite humaine. Vulnérable comme celui de n'importe quelle fille normale. Elle se leva, secouée de convulsions en tout genre, et laissant le cadavre de la petite au sol. Elle recula de quelques pas, avant de marmonner :

- « Je vais … Partir. »

Ainsi, elle pensa à se diriger vers les côtes, à Uminari, et sauter dans l'eau. Après tout, elle n'avait qu'une soixantaine de kilomètres à faire avant d'arriver aux côtes d'Osaka, alors pourquoi pas ? A son arrivée, on la regarderait sûrement comme si elle était une extraterrestre, elle, maculée de sang, mais elle serait en sécurité. Ou pas. Se persuadant que son idée était inimaginable, qu'elle se noierait après deux kilomètres de nage, et qu'il n'y aura personne pour la sauver, elle recula encore de quelques pas, la tête baissée.

Mais c'est alors que le pire arriva.

Tout arriva très, trop vite. Iku ne pu sentir que deux mains saisir ses poignets et les levant au ciel, qu'elle se retrouvait avec une lame de couteau appuyée sur le cou, entre la vie et la mort.

Son cœur se mit à battre la chamade. Qu'est ce qui se passait, en fait ? Elle le savait très bien, mais n'arrivait pas à réaliser, une fois de plus. Elle était complètement bloquée, elle ne pouvait faire un geste sans que la lame du couteau menace de lui trancher la gorge. Sans hésiter, elle fit sortir son arme du bassin, qui allait normalement trancher le corps du militaire en deux. Enfin plutôt, elle essaya … En effet, ce fut un échec. Par la suite, elle essaya de faire sortir n'importe quelle arme. Elle se concentra dessus. Échec, de nouveau. Et c'est là qu'elle s'en rendit compte : Elle n'était pas en assez bonne condition physique pour se remettre à combattre. Son esprit voulait agir, mais pas le reste. Iku regarda devant elle, le regard désespéré, et c'est là qu'elle l'aperçu de nouveau. Il n'y avait qu'une seule solution, et elle était devant elle.

- « Ll … Lloyd … LLOYYYYYYD !!! AIDE MOI !!!!! JE T'EN SUPPLIE !!! JE VAIS MOURIR !!!! JE NE VEUX PAS MOURIR !!! AIDE MOI, JE T'EN PRIE !!! »

Le militaire derrière elle était abasourdi. Malgré ça, il tenait tout de même tête à Iku, et serrait la lame contre la gorge de la jeune fille, qui était à deux doigts de s'y enfoncer.
Pleurant à chaudes larmes, elle continua son hurlement de détresse :

- « Je le sais, je suis une idiote, une égoïste, mais pardon !! Je suis désolée, VRAIMENT DÉSOLÉE !!! Je n'aurais jamais du faire ça !!! J'aurais du te laisser, j'aurais du continuer à combattre seule, mais … JE NE POUVAIS PAS !!! JE N'AURAIS PAS PU TE SUPPORTER INERTE !!! Ça, je le savais !!! Et j'en suis désolée !! Mais je t'en prie, Lloyd, pardonne moi, et AIDE MOI !!! JE NE VEUX PAS MOURIR ! JE VEUX CONTINUER DE VIVRE A TES COTES !! JE NE SUPPORTERAIS PAS DE MOURIR SANS TOI, ET MEME DE VIVRE SANS TOI !!! C'est égoïste, je sais, mais … MAIS JE SUIS COMME CA !!! JE NE VEUX PAS DE CA, JE VEUX CONTINUER A VIVRE !!! ALORS AIDE MOI, JE T'EN SUPPLIE !!!! »

La lame commença rageusement à se planter dans sa peau, ce qui crispa Iku de tout son être. Elle sentait l'acier glacé lui transpercer la chair avec un haut-le-cœur effrayant.
Néanmoins, elle avait encore une chance pour être sauvée. Si seulement il l'avait entendue … Si seulement …


- « LLOOOOOOOOOOYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYD !!!!!!!!!! »

Son dernier hurlement.

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 30 Aoû - 4:58

Tous ses efforts allaient être ruinés. Et tout ça par une simple erreur qu’il n’aurait jamais cru commettre.

Jamais il n’avait été aussi confiant, aussi courageux. Ses mouvements s’enchaînaient sans s’immobiliser ne serait-ce qu’une seconde. Sa vie ne tenait que sur un fil, et il priait pour qu’elle ne s’en écroule pas. Au bout de quelques minutes, il se retrouva seul sur scène. Plus personne n’était là pour lui voler la vedette. Il les avait tous expulser, un à un. Et ce, sans même perdre une seule fois. Une victoire parfaite donc. Il reprit lentement sa respiration, parfaitement épuisé. Le sourire plaqué sur ses lèvres, il abaissa posément ses épaules. Aux alentours, on ne percevait qu’un silence inattendu, pour ainsi dire anormal. Son combat n’avait duré qu’une dizaine de minute, et pourtant, Iku avait disparu de son champ de vision. Il fit quelques pas en arrière, inquiet. Il l’appela plusieurs fois, sans succès.
    - « Iku… T’es passée où… »

Il soupira, tentant de se rassurer. Mais sa voix tremblait, et son corps entier également. Il était totalement angoissé par sa soi-disant disparition. Sans elle, il était complètement perdu. Il avait besoin de son soutient, de son sourire, de sa détermination, de sa force tout simplement. Il regarda furtivement derrière lui, inconscient de ce qui arrivait devant lui.
Ce fut sa première, et dernière erreur. Une faute qu’il ne tolèrerait plus.
Son inattention a faillit lui coûter la vie.
Il n’eut besoin de tourner la tête de quelques degrés pour subir un choc terrible. Un unique coup d’une force inimaginable l’avait propulsé en arrière. Il roulait sur plusieurs mètres, sans jamais pouvoir s’arrêter. Lorsqu’il se figea enfin, il remarqua que la chance ne l’avait pas encore abandonné. Son corps jonchait à quelques centimètres d’un ravin, qui lui était d’une cinquantaine de mètres de profondeur. Il rouvrit doucement les yeux, incapable de bouger. Ses muscles étaient paralysés par la douleur. Sa joue restait aplatie contre le sol, il ne put qu’apercevoir deux pieds, tout deux en face de lui. Il releva légèrement la tête, encore sonné.
    - « Iku… ? C’est t-… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, l’inconnu le frappa en pleine poitrine. Il poussa un cri de douleur, puis se recroquevilla sur lui-même. Les larmes aux yeux, il rehaussa lentement son regard et fut pétrifié par l’angoisse. Un des soldats qu’il avait battu, enfin, qu’il croyait avoir tué, se trouvait juste au-dessus de lui, un sourire effrayant placardé sur son visage en sang. Il n’osa pas bouger, peut-être que s’il ne faisait rien, il le laisserait s’en sortir ? Ce serait un véritable miracle. Il chercha du coin de l’œil ses deux seules alliées, ses épées. L’une d’entre elle se trouvait à quelques mètres de ses doigts, mais il était inutile d’essayer de les avoir sans qu’il ne le remarque. L’autre, elle se trouvait dans les paumes de son adversaire. La peur s’empara peu à peu de ses sens. La sueur perlait sur son visage et sa respiration suffoquée lui rappelait à quel point sa situation le mettait en périple. Il ferma les yeux, espérant de toutes ses forces qu’il allait être prodigieusement sauvé. Quelques secondes s’écoulèrent, toujours aussi silencieuses. A vrai dire, ce silence le rassurait, il était peut-être parti ? Calmé, il entrouvrit un œil. …Il ne le regrettera jamais assez. En un instant, il se retrouva à quelques centimètres du sol. Son rival le tenait fermement par le col, et manquait de l’étrangler. Par réflexe, il serra les poignets de son ennemi de ses deux mains, et planta peu à peu ses ongles dans sa peau, priant pour qu’il le relâche. Malheureusement, il comprit bien trop vite son objectif et, lentement, il resserra ses mains autour de son cou. Lloyd se débattait piètrement, mais ça ne faisait que faire rire un peu plus son opposant. Respirer devint bien trop vite un supplice, et il se rendit enfin compte qu’il allait perdre. …De manière stupide. Il laissa tomber ses bras le long de son corps, renonçant à quelconque résistance. Il ferma les yeux, tentant d’oublier la douleur, les larmes s’écoulant tranquillement sur ses joues.

Il allait mourir. Tout ça à cause d’une légère faute d’inattention. Il vit sa vie défiler à toute vitesse devant ses yeux. Mais l’unique chose qu’il regretterait, ce serait Iku. Il ne la reverrait plus jamais. De toute façon, son cœur allait bientôt s’arrêter, et il ne serait plus qu’un être sans vie, étalé sur le sol. Combien de temps lui restait-il de toute manière ? Pas assez pour s’en sortir vivant visiblement. Le nom d’Iku résonnait dans son esprit. Il prit de nouveau conscience qu’il ne la reverrait jamais sourire, qu’il ne passerait plus jamais du bon temps avec elle. Soudain, la rage de vivre se ranima au sein de son âme. Il devait absolument survivre. Il ne devait, il ne pouvait pas mourir ici. Se servant du peu de force qu’il lui restait, il fixa les mains qui oppressaient sa gorge. Dépassé par ses pensées, il ferma les yeux, et mordit violemment le pouce de son rival. Tout arriva trop vite, sa bouche se remplit de sang, et il dut réprimer sa répugnante envie de vomir. Son adversaire hurla, tout en le relâchant. Lloyd s’effondra sur le sol, presque inconscient. D’horribles marques rouges s’étaient ancrées le long de son cou. Sans attendre une seconde de plus, il s’empara de son épée et se jeta sur le soldat. Devancé, il prit à pleine main l’arme de Lloyd, qui s’enfonça lentement dans la chair de l’homme. Son visage était déformé par la douleur. Lloyd reprit de nouveau sa respiration et sourit, croyant de nouveau en sa victoire.
    - « C’est fini. »

Son cœur s’emballa, tandis qu’il perçait de plus en plus profondément la main de sa victime.
Mais rien n’arrivait aussi aisément.
Subitement, un coup invraisemblable s’abattit sur lui. On l’avait violemment frappé au niveau de la cheville. Il perdit tout de suite l’équilibre, et s’écroula encore une fois. Sauf que, cette fois-ci, la moitié de son corps se retrouva dans le vide. Il avait complètement oublié le ravin se trouvant derrière lui, et un autre de ses multiples regrets s’ajouta à sa liste. Il s’accrochait comme un fou au sol, paniquant comme jamais. Aussitôt, son ancienne victime s’approcha de lui. Lloyd n’avait jamais autant angoissé. Il aurait pu gagner, il était si proche de la victoire. Mais jamais rien ne se passait comme prévu.
Tout d’un coup, une douleur insupportable se fit sentir dans sa main droite. Il hurla, incapable de se débattre. Un pied écrasait brutalement sa main, sans la moindre pitié. Au bout de quelques secondes, il recula, apparemment comblé. Lloyd tentait désespérément de se relever, mais il ne faisait que glisser de plus en plus. Il n’abandonnerait plus. Il n’allait pas mourir maintenant. Il allait réussir, il lui suffisait seulement de trouver une solution. Pour la deuxième fois, l’homme le prit vivement par le col, et le releva au-dessus du vide. Lloyd le fixait, l’air irrité. Cependant, le soldat ne semblait pas en avoir fini avec lui, et le jeta violemment contre le sol, l’affublant de coups de toutes sortes. Lloyd resta silencieux, il attendait le moment propice. Celui où il aurait enfin droit à sa victoire. Une minute s’écoula, et il fut enfin lassé de Lloyd. Il se baissa, afin de ramasser l’épée, croyant son martyr inconscient. Lloyd réagit au quart de tour : il empoigna sa lame, et l’enfonça lentement dans le cœur de son bourreau, qui s’effondra sur le sol. C’était… Enfin fini. Lloyd fit quelques pas, laissant le corps derrière lui, avant de tomber en avant, l’hémorragie étant trop importante pour lui permettre de rester encore conscient. Avachi sur le ventre, il fixait l’horizon, les yeux mi-clos. Il ne sentait plus sa main droite, et son épaule était complètement déboitée. Sans parler de sa cheville, qui avait enflé. Il avait une allure désespérante. Mais tout ce qui comptait pour lui, c’était d’être encore en vie. Il ferma doucement les yeux, accablé.

Seulement, son sommeil fut perturbé par une voix familière. Elle était lointaine… Si lointaine qu’il ne semblait l’entendre que dans son esprit. Doucement, il cligna des yeux. C’était… La voix d’Iku non ?... En plein rêve, ça ne l’étonnait guère de percevoir ses mots. Mais… Quelque chose était différent. Déconcerté, il releva légèrement la tête. Et là, l’impact fut comme celui d’une balle en plein cœur. L’odeur du sang… Le sang qui se répandait le long du cou d’Iku, hurlant comme jamais. Elle était pourtant si loin… Si loin qu’il crut d’abord à un mirage, une illusion. Il se releva péniblement, perturbé par cette scène. Ses jambes tremblaient, son cœur également. Il se précipita vers elle, complètement désespéré. Au bout de quelques mètres, il se trouva derrière l’attaquant d’Iku. Il s’empara de la main qui la menaçait, tout en prenant soin de ne pas blesser la pauvre Iku. Le soldat la relâcha, et se jeta sur lui. Lloyd esquivait chaque coup, incapable d’attaquer dans cet état. Ses mouvements étaient de plus en plus lents. Et il du malgré lui supporter de nouvelles blessures. Epuisé, il lâcha ses deux armes, et se jeta à main nue sur son adversaire. Il tenait avec fermeté la main dans laquelle se trouvait la dague, risquant de se la prendre en plein cœur. Son ennemi n’en supporta pas une minute de plus, et le repoussa en le blessant au niveau de l’épaule. Il profita de son handicap pour s’enfuir sans ménagement. Lloyd grimaça, puis porta la main à son épaule en sang. Il avait été incapable de la défendre correctement finalement. C’est bon, c’était fini. Il en avait assez fait.
Pour finir, il s’abattit pitoyablement dans la boue. Son regard était dénué de toute expression. Il avait oublié comment respirer. Son cœur lui faisait incroyablement mal. Lentement, il se mit sur le dos, fixant le ciel, immobile. Soudain, ses yeux se remplirent de larmes. Ces larmes qu’il avait retenues depuis tout ce temps. Toutes ses éraflures l’avaient extrêmement affaibli.
    - « I…ku… »

Parler ne l’avait jamais autant fait souffert. Il ne lui restait plus beaucoup de temps, il allait bientôt perdre conscience. Il le savait, il sentait son corps le lâcher peu à peu.
    - « Iku… Je suis désolé… Je… Je… »

Il ne savait même pas si elle l’écoutait, il ne voyait que le ciel menaçant au-dessus de lui. Mais il avait besoin de lui parler, une dernière fois avant d’être un poids incomparable pour elle.
    - « J’ai été nul hein… »

Sur ces paroles, il sentit les larmes lui brûler la peau. Il se servit de ses dernières forces pour lui sourire faiblement.
N’entendant plus le monde autour de lui, il ferma les yeux. Et, peu à peu, son esprit le quitta. Vaincu par la fatigue, il s’évanouit paisiblement.

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Mer 2 Sep - 21:54

Elle était complètement démolie, mais personne ne venait à sa rescousse.

Elle aurait pu même maudire le monde, hurler sa peine, personne ne l’aurait entendue.

Le sang coulant à flot de son cou, Iku était complètement recroquevillée sur elle-même, en pleurs. Elle n’avait jamais autant pleuré de sa vie. Toute tremblante, sa tête était plaquée contre le cœur de Lloyd. Elle faisait tout pour entendre ne serait-ce qu’un petit battement de cœur, juste pour savoir qu’il était intact. Malheureusement, elle n’entendait rien, c’était le néant. Soudain, ses pleurs doublèrent d’intensité. Comment ferait-elle si Lloyd était mort ? Il était comme la personne qui comptait le plus pour elle, sa raison de vivre quoi. Mais justement, en tant que raison de vivre, si il venait à mourir, elle n’aurait plus aucune raison de vivre … Alors elle se tuerait. Tant pis pour les autres, sans lui, elle ne pourrait plus rien faire.

Mais il y avait encore une chance, non ?

Les yeux d’Iku se rouvrirent brusquement, laissant une dernière paire de larmes en couler. Un air, certes désespéré, mais déterminé dans les yeux, elle se redressa, et posa ses deux mains, l’une sur l’autre, là ou était plaqué sa tête auparavant. Après avoir prit une grande inspiration, elle se mit à appuyer de toutes ses forces sur l’organe. Appuyer, relâcher. Appuyer, relâcher. Ce fut le même topo pour trois ou quatre fois, et chaque essai fut échec. La peur commença à l’envahir soudainement. Et, secouée de tremblements, ses mains quittèrent le garçon, pour aller se plaquer sur le visage d’Iku, qui recommençait à pleurer de son seul oeil. Elle était inconsolable. La seule personne qui aurait pu la remettre sur pieds était devant elle. Manque de pot, cette personne était inerte. Mais heureusement, tout n’était pas perdu. La jeune fille n’avait pas pensé à une chose : Le pouls. Elle redressa lentement la tête, une lueur d’espoir dans son regard, et s’avança à quatre pattes vers Lloyd, et porta une main sous sa mâchoire. Un battement. Deux battements. Ils étaient faibles, mais très bien perceptible.

Elle ébaucha un sourire.
Rien n’était perdu.

Soudain, elle fit sortir une lame de son poignet droit, et, pivotant le poignet, planta son bout dans l’artère de son avant-bras gauche. Le sang se mit à couler à flot, mais elle ne regrettait rien. Une fois la lame rentrée sous sa peau, elle chercha à tâtons les plaies de Lloyd, aussi petites soit-elles. Elle trouva d’abord des brûlures au cou, on avait sûrement essayé de l’égorger. Pressant sa main sur son artère trouée, elle pu faire couler assez de sang pour recouvrir les blessures de peau neuve. Elle aperçu également des traces de chaussures sur sa main contenant l’exsphère, qui disparurent également après avoir fait couler un peu de sang. Elle le redressa et lui déboîta l’épaule brusquement, tout cela en un temps record. Puis, en descendant, elle observa avec effroi que sa plaie à l’abdomen n’était pas entièrement guérie. Sans attendre, Iku s’élança vers son torse, déboutonna rapidement sa veste, et aperçu la plaie.

C’était tout simplement horrible. La plaie était trop profonde, bien trop profonde pour être soignée. Tellement profonde que la jeune fille pensait que même en la remplissant de son sang, elle n’arriverait pas à guérir la plaie. Mais tant pis. Quitte à se saigner intégralement, elle devait guérir la blessure. Elle ne devait plus hésiter, désormais. C’était maintenant ou jamais. La lame ressortit de nouveau, et ce fut au tour de l’un des embranchements de l’artère principale d’être coupé. Que devait-elle régénérer, désormais ? Un foie ? Un estomac ? Elle n’en avait aucune idée. Mais tant qu’elle réussissait, tout allait pour le mieux. Ainsi, elle pressa de toutes ses forces son poignet, le teint livide. Elle avait déjà perdu trop de sang, et se sentait mal. Très mal. Tellement qu’on pouvait en conclure qu’elle était sur le point de tomber dans les pommes. Pourtant, elle persistait. La seule chose qui la faisait tenir debout –ou agenouillée, plutôt- était son amour pour lui. Les lèvres crispées et les yeux plissés, elle détendit sa pression, ayant déjà bien rempli la plaie aux trois quarts de profondeur. Lentement, mais sûrement, la chair était en train de se reformer. Iku ne pu s’empêcher d’ébaucher un sourire soulagé, avant de se laisser tomber aux côtés de Lloyd, vaincue. Tordue par la douleur, elle se recroquevilla sur elle-même, et ferma les yeux.

Ainsi, elle se laissa tomber dans son sommeil réparateur.

Sommeil qui fut de courte durée, malheureusement.

Trente minutes de somnolence plus tard, elle fut réveillée par un énorme coup de pied donné dans son dos, qui la fit rouler sur Lloyd. Son premier réflexe fut de se redresser et de relever brusquement la tête, une erreur, étant donné que dès qu’elle fit le moindre mouvement, elle ressentit un énorme choc sur la tempe, ce qui la plongea immédiatement dans le noir complet. Elle était défigurée. Totalement défigurée. Elle était remplie de brûlures et de bleus en tout genre sur les joues, et de plus, à la place de son œil gauche, on pouvait voir un énorme trou. Encore heureux qu’il était masqué par ses mèches de cheveux, autrement, il serait vraiment effrayant … En y pensant justement, elle rouvrit les yeux, et pivota sa tête en sang sur le côté, le regard noir de fureur. Juste derrière elle, une pillarde Witch Hunters. Elle avait reconnu l’emblème écarlate, qui paraissait si familier à ses yeux, désormais. Sans attendre, elle s’affala sur Lloyd, prête à le couvrir de multiples coups de revolver qu’elle se prenait dans le dos. Une balle lui transperça l’épaule. Elle n’hésita pas à planter deux doigts dans la plaie pour aller la récupérer, cette fois. Que ferait elle, si sa peau, ou sa chair, se refermait sur un objet non désiré ? L’objet en question resterait dans son corps, évidemment. Elle se mordit la lèvre inférieure rien qu’en pensant à ça, dégoûtée de la chose. Justement, si elle n’agissait pas maintenant, c’est ça qui allait se passer. Elle devait agir. Définitivement. Elle ne devait pas se laisser faire par ces ennemis de pacotille. Ils étaient moins forts qu’elle, elle en était persuadée.

Nymphe de cristal.


De nouveau, un énorme canon sortit de son omoplate, entouré de multiples cristaux de couleurs. Les sourcils froncés, elle se retourna d’un geste habile, et, prenant appui sur le torse de Lloyd, elle fit pivoter le canon par-dessus son épaule, se releva et s’avança vers l’ennemi d’une démarche féline, et ce fut le début des feux.

Elles étaient environ à une vingtaine de mètres d’écart, ces deux femmes démoniaques. L’une combattait pour le mal du monde, l’autre résistait pour le bien de son pays. L’autre, c’était Iku. Un air déterminé sur le visage, personne n’aurait pu trouver plus sérieuse qu’elle sur ce champ de bataille. Pour le moment, c’était le néant. Enfin, visiblement néant, mais plus précisément, préparation. L’ennemie se chargeait de munitions, l’alliée préparait son coup. L’œil dans le viseur et l’annulaire sur la molette, elle essayait tous types de décharges, découvrant cette nouvelle arme. Mais soudain, la pillarde pointa son arme vers elle. Combat à mort. La première mettant l’autre à terre aura gagné.
    - « Ne sous-estime pas une Samuro à l’acte, la vieille. Autrement, tu risques de le regretter grandement … »

Un éclat de rire. Non pas le sien, mais celui de la pillarde blonde. Cet éclat de rire perturba la jeune fille qui, baissa un peu se garde. Une balle fila à deux centimètres de sa tête. Autant vous dire qu’elle fut immédiatement remise en conditions de combat, et qu’elle recommença à ajuster le canon, même si elle continuait d’écouter son ennemie.
    - « Ahah, Samuro ? Alors c’est toi ? »
    - « Qui d’autre ? »
    - « Tu me fais pitié, petite. Alors ainsi, tu utilises toujours ce pseudonyme … »
    - « Qu’essayes-tu de me dire ? »
    - « C’était censé être un nom de code, à la base, tu sais ? »
    - « Qu’essayes-tu de me … »
    - « Ils ont l’habitude de donner des noms de verbes à leurs cobayes … Ah ! Tu ne t’es jamais demandée pourquoi ton prénom était si … Petit ? »
    - « N’essaye pas de me perturber. »

La seule solution fut de tirer un coup de canon sur la pillarde. Coup qu’elle évita avec une grâce étonnante. « Zut, raté … » Marmonna Iku. C’était prévisible, pourtant. Après tout, c’était la première fois qu’elle utilisait cette arme. Ce canon était tout nouveau, pour elle, et viser à la perfection, c’était loin d’être facile … Aussitôt, comme prévu, son ennemie s’était mise à la bombarder de balles avec sa mitraillette. La jeune arme humaine eu juste le temps et la chance de faire un gros bond sur le côté pour éviter les balles. Saine et sauve, elle poussa un soupir de soulagement, avant de s’élancer vers la gauche, cette fois, pour éviter la nouvelle arrivée de balles. Elle en profita pour diriger le canon vers la cible, et déclencha l’arme. La puissance était telle qu’elle, du haut de ses vulgaires quarante-huit kilos et cent soixante-quatre centimètres, fut projetée en arrière, juste devant Lloyd. Elle réussit néanmoins à se rattraper, les jambes écartées, utilisant toute sa force physique pour ne pas décoller du sol. Les balles s’entrechoquaient dans un boucan épouvantable de verre cassé. Iku, sentant que pour l’instant, elle était loin de gagner la partie, décida de passer aux choses sérieuses. Elle le sentait mal, certes, mais tant pis. Elle commença à rouler la molette, s’arrêtant de tirer pour le moment, et au fur et à mesure, arriva sur un créneau rond, dont le trou était large d’environ vingt centimètres de diamètre, et qui était rempli de feu. Ca y’est, elle l’avait trouvé. Prenant une grande inspiration, elle s’immobilisa, et activa le tir. Un énorme bruit ressemblant à celui d’un décollage d’avion retentit, puis le crash. Enfin, pareil, un bruit semblable à un crash. Remarquons tout de même que Iku fut projetée, cette fois, trois voire quatre mètres plus loin. La pillarde, elle, explosa en milles morceaux dès qu’elle fut touchée par le canon. Mort subite.

Pourtant, l’alliée, elle, était incapable de se relever.

Plaquée au sol par on ne sait quelle force imaginaire (la gravité Iku, la gravité ! *OUT*), elle resta allongée sur le ventre, incapable de se faire un seul mouvement autre qu’ouvrir les yeux et de bouger la mâchoire. Elle fut secouée de tremblements et de convulsions en tout genre. Elle réussit néanmoins à plaquer violemment une main au sol, et se redresser difficilement, désormais à quatre patte. Immédiatement, elle leva la tête, cherchant Lloyd du regard, puis elle s’affala de nouveau contre son gré.

Alors, qu’allait-elle faire, maintenant ?

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }



Dernière édition par Iku L. Samuro le Jeu 5 Nov - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 4 Oct - 13:44

C’était un véritable cauchemar.
Un rêve terrifiant dont il ne se réveillerait jamais.

Lorsqu’il se mit à réentendre les sons autour de lui, il fut étrangement rassuré. Les yeux mi-clos, il ne pouvait percevoir que le bruit agaçant de sa respiration enrouée. Ses muscles restèrent immobiles, impuissants. Seule sa force mentale lui permettait d’être encore conscient, puisque son corps entier semblait être dépourvu d’une quelconque énergie. Doucement, il laissa sa tête pivoter vers la droite, contre le sol terreux. Il cligna plusieurs fois des yeux, comme pour régénérer sa vue, partiellement floue. Et, peu à peu, sa vision redevint claire.
Le décor n’avait pas changé. Cette ambiance oppressante qui le menaçait à chaque seconde, l’horizon désertique, d’on ne sait combien de kilomètres, s’étendait à perte de vue. Au milieu de ce paysage chaotique se trouvait une silhouette, allongée sur le sol, à l’apparence figée. Lloyd ne mit que quelques secondes pour se rendre compte de l’identité de la prétendue victime. Il crut que son cœur allait s’arrêter… Encore une fois. Sans se préoccuper de son état, il releva brusquement la tête. Ce qui eut pour conséquence de lui faire endurer une terrible migraine. Il posa ses mains sur les deux extrémités de son visage, paralysé par la douleur. Une dizaine de secondes plus tard, il se focalisa de nouveau sur le corps inerte à quelques mètres devant lui. Et une seule et unique question traversa son esprit confus : « Mais qu’est-ce qui s’est passé ?... » Il prit lentement conscience d’une chose qui l’avait légèrement dérangé depuis son réveil. Cette douleur incessante qu’il se souvenait avoir ressentit au niveau de l’estomac… Anxieux, il abaissa son regard. Sa peau, claire, était en totale contradiction avec la blessure qu’il avait endurée jusqu’ici. Il ne saisit pas tout de suite comment il avait pu en arriver là… Jusqu’à ce qu’il se remémore un souvenir proche. Il avait déjà éprouvé cette sensation… Iku n’avait eut qu’à déposer sa main ensanglantée sur son éraflure pour qu’elle se rétablisse aussitôt. Il comprit sur-le-champ la gravité de son acte. Elle s’était sacrifié son propre sang juste pour le sauver. Rien qu’à cette pensée, il eut un haut-le-cœur, écœuré. Il se releva lentement, encore tremblant, et se dirigea avec appréhension vers la jeune fille. Il s’agenouilla à ses côtés, choqué. Elle ne fit pas le moindre geste. Angoissé, il la prit par les épaules, et la retourna vers lui. Seulement, il put découvrir avec effroi ses immondes blessures aux poignets. Il faillit tourner de l’œil, il était à bout maintenant. Désespéré, ses yeux se remplirent instantanément de larmes. Il serra contre lui le corps frêle de l’adolescente.
    - « Comment on a fait pour en arriver là… »

Il sanglotait, incapable de faire quoique ce soit. Il était complètement inutile. Elle, elle l’avait tellement aidé… Alors pourquoi est-ce qu’il était aussi inapte à la sauver dans cette situation ?... Soudain, il distingua de nombreuses gouttelettes sur le visage impassible d’Iku. Il releva les yeux : le ciel auparavant rouge fut gris, un gris pâle qui n’annonçait rien de bon. Aussitôt, il sentit la pluie glacée couler sur toute la longueur de son visage. Ce qui ne le fit que trembler un peu plus. Il réussit à se relever, soutenant Iku contre lui. Et maintenant… Quoi ? Ils avaient froids, elle était à moitié consciente et lui, il avait tout à se reprocher. Lentement, il souleva les jambes de la jeune fille. Il la portait, sans même savoir dans quel but. Il la fixait d’un regard suppliant, tout ce qu’il voulait, c’était entendre sa voix. L’eau sur son visage fit pâlir le sang, qui s’écoulait doucement le long de sa joue. Il fit quelques pas, marchant, ou plutôt, errant sans aucun objectif. En réalité, il n’y avait qu’une seule chose qu’il pouvait faire. Les nuages se multiplièrent dans le ciel, les menaçant sans aucun scrupule. Il devait trouver un abri, et vite. Iku ne portait qu’un simple débardeur, le temps se rafraîchissait de minute en minute, elle pouvait tomber malade à n’importe quel moment. Avisé et craintif, il préféra accélérer sa marche. Toujours prudent, son regard furtif se posait sur chaque recoin de son champ de vision. Cet abrupt silence ne lui plaisait pas du tout. Chaque pas semblait être une torture mentale. Qu’est-ce qui pouvait bien leur tomber dessus ? Il choisit d’oublier cette question, qui ne le ferait ralentir qu’encore plus. Devant lui, une route couverte de boue, qui se séparait en deux chemins égaux quelques mètres plus loin. Quelques arbres semblaient avoir résisté aux multiples chocs, leurs feuilles orangées volant doucement au vent. Certaines s’écrasaient sous le poids de la pluie, mais tout cela dans un calme absolu. Cette tranquillité lui permit de reprendre sereinement sa respiration. Il s’engagea dans l’un des chemins, peut importe lequel, son regard toujours fixé sur Iku. Au bout de quelques minutes, il eut l’impression de ressentir cet air frais de la pension, celui qu’il avait l’habitude de respirer lorsqu’il se promenait avec elle. Il en eut presque oublié l’averse, qui continua à se disperser sur tout le paysage. Les secondes s’écoulèrent, les minutes également. Enfin, après une heure de marche sous la pluie, il décida de s’arrêter.

Il avait repéré un chêne, de taille modeste, qui semblait en très bon état comparé au reste. Il s’effondra au pied du tronc, épuisé et trempé. Ses deux épées s’étaient plantées dans le sol, à quelques mètres de lui. Iku était allongée sur ses genoux, le visage toujours aussi renfermé. La voyant légèrement trembler, il la prit lentement par la taille, puis laissa reposa sa tête sur son épaule. Enfin, il passa ses bras autour d’elle. Il voulait juste attendre que la pluie passe. Ensuite, il continuerait à marcher tranquillement, espérant trouver un véritable abri. Une dizaine de minutes plus tard, le temps ne s’était toujours pas amélioré. Envahi par la fatigue, ses yeux se refermèrent, pour enfin être à moitié assoupi, la joue collée contre le dos d’Iku.

Il fut réveillé par une voix familière, cependant, il était incapable de la distinguer parfaitement. Ses pupilles se remirent doucement en marche, la vue toujours un peu troublée. La première chose qu’il put voir, ce fut un œil. Sans bouger une seule fois ses paupières, cet œil le fixait de manière continue. Sa couleur lavande se reflétant dans sa propre vision. Il ne mit que quelques secondes avant de se rendre compte de la situation. Elle s’était enfin réveillée. Sans même attendre sa réaction, il la prit dans ses bras, les larmes perlant aux coins de ses yeux.
    « Iku ! Ah, c’est pas vrai… Tu m’as vraiment fait peur… Ne me fais plus jamais ça… »

Partagé entre la peur et le soulagement, il la serra contre lui quelques secondes, profitant de cet instant. Libéré de son regret, il recula, puis regarda autour de lui, tout en se relevant. Le paysage était encore humide, mais l’eau s’était arrêtée d’inonder le chemin. La tempête était finie. Le sourire aux lèvres, il était fier de savoir que tout s’était passé comme prévu. Il ne s’attarda pas, et s’abaissa pour porter Iku. Il ne risquerait pas à la faire marcher dans un moment pareil, elle devait encore être exténuée. Ses épées étaient soigneusement rangées dans leurs étuis, eux-mêmes accrochés à sa ceinture. Il fit quelques pas, un faible sourire aux lèvres. Curieusement, il eut une certaine appréhension. Il se retourna plusieurs fois, mais il n’y avait assurément personne derrière lui. Il continua à avancer, vaguement déstabilisé. Soudain, il s’arrêta. Un souffle. Juste à quelques centimètres derrière lui. Iku étant dans ses bras, il était sans défense. Il se retourna brutalement, la sueur glissant lentement le long de son front. Rien. Personne. Pas un seul son, ni une ombre. Il recula, angoissé, puis commença à marcher rapidement, sans regarder derrière lui. Son cœur se mit à battre précipitamment, le calme s’était envolé dès que le temps redevint normal. Qu’est-ce qui se passait exactement ? Qui se trouvait derrière lui ? Toutes ces questions résonnèrent dans sa tête une dizaine de fois, sans la moindre réponse plausible. Il tremblait de la tête aux pieds, il redoutait d’être tombé sur une embuscade. Peu à peu, les bruits s’estompèrent, et il reprit une marche normale, moins affolée.

Aussitôt qu’il reprit son rythme, il entendit très clairement un son métallique à quelques mètres de lui. Il se retourna pour de bon, regardant de tous les côtés. Toujours rien. Il avait encore halluciné ? Il soupira, fatigué par toute cette paranoïa. Néanmoins, dès qu’il recommença sa marche interminable, il sentit un choc d’origine inconnue le frapper dans le dos, ce qui le fit rouler sur plusieurs mètres, Iku toujours serrée contre lui. La joue contre le sol et ses vêtements couverts de terre, il vit plusieurs pas se diriger vers lui. Il tenta de se relever, mais on l’empêcha immédiatement de faire un seul mouvement. Quelqu’un lui saisit ses poignets dans son dos, et il se mit à se débattre dans tous les sens, en vain. On l’obligea à se mettre debout, le menaçant avec une de ses propres épées. Il leva les yeux, et put enfin voir ses ennemis : 10, non 15 soldats étaient rassemblés autour de lui… Et d’Iku. Elle se trouvait encore au sol, mais l’un des WH la saisit brutalement par la taille puis la releva sans aucune délicatesse. Il fit rapidement un signe de tête à l’un d’entre eux, qui lui rapporta une bouteille remplie d’un liquide de couleur étrange. Le bourreau d’Iku l’immobilisa : il passa son bras autour de sa taille ainsi que sa main sur sa bouche, l’empêchant d’émettre la moindre parole. Puis, il lui mit aussitôt le mystérieux liquide sous le nez. Elle se débattait, les larmes aux yeux, mais elle fut contraint de respirer, et s’endormit quelques secondes plus tard dans les bras de son adversaire. Lloyd regardait la scène, impuissant, il avait si mal aux poignets qu’il ne sentit plus ses mains, entièrement crispées. Soudain, le soldat se mit à porter Iku, un sourire ignoble sur ses lèvres, que tous les autres se mirent à imiter. Il commença à marcher, la transportant on ne sait où. Lloyd bougeait comme un fou, paniqué et angoissé. Il sentit les larmes couler lentement sur ses joues. Jamais il n’avait encore été aussi frustré. S’il ne l’aidait pas maintenant, il n’avait aucune chance de la revoir en vie.
    - « IKU ! IKUUU ! MAIS LÂCHEZ-MOI ! »

Il se mit à crier, sentant la folie prendre peu à peu le contrôle de son esprit. Il crut qu’il allait exploser de rage. Il rouvrit brusquement ses yeux, rouges vifs, puis saisit sur-le-champ son épée. Le soldat fut obligé de le relâcher, et il en profita pour saisir sa deuxième arme, dont il se servit pour percer la poitrine de son ennemi. Il recula, les taches de sang éparpillées sur son visage, puis se dirigea immédiatement vers l’homme soutenant Iku. Il se jeta sur lui, le faisant tomber lui et Iku sur le sol terne. Il n’attendit pas une seconde de plus, et se mit à le frapper sans relâche, libérant toute sa haine. A peu près calmé, il serra la jeune fille toujours inconsciente contre lui, priant pour qu’elle se réveille. La moitié des soldats le fixait, ahuri, d’autres s’approchèrent, le visage sombre, leur arme en main. L’un d’entre eux se précipita vers lui, un revolver à la main, qu’il posa sur sa tempe. Lloyd ne lui laissa pas la chance de tirer et se baissa, tout en fonçant derrière lui, le faisant basculer en arrière. Il se mit à courir, les yeux fermés, Iku toujours dans ses bras. Il rouvrit les yeux, et put voir une balle lui frôler l’épaule. Il ralentit légèrement, et vit très clairement un filet de sang s’écouler lentement le long de son avant-bras. Il trébucha, et s’effondra de manière pitoyable sur le sol. Il n’avait plus la force de se relever à nouveau, et se contenta de serrer Iku contre lui, peut-être pour la dernière fois. Les WH arrivèrent plus vite qu’il n’aurait pu croire, cependant, au même moment, un miracle se produit. Celle qui n’avait pas montré le moindre signe de vie rouvrit un œil, et tout espoir ne fut peut-être pas perdu. Lloyd la fixa, la suppliant de l’aider. Il était complètement inutile blessé ou épuisé, il avait réellement besoin d’elle. Il lui prit doucement la main, et lui sourit, soulagé.

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 


Dernière édition par Lloyd Irving le Dim 29 Nov - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 25 Oct - 16:42

Averse battante.

Cela faisait déjà un bon moment que Lloyd la portait. Elle n'avait strictement aucune idée d'où il allait. Pour elle ? Tout était flou. Elle ne voyait distinctement qu'un seul visage. Ce visage, aux traits fins et clairs, était presque entièrement maculé de sang, mélangé à de l'eau. On pouvait observer quelques coupures, ici et là, dont une coupure pas très épaisse qui se fondait dans deux ou trois, ou quatre, centimètres de peau. Bien qu'à moitié infectée, cette coupure n'avait pas l'air très douloureuse. Enfin, du moins, c'était ce que pensait Iku. Bref, ne nous éternisons pas sur ce sujet. Entre coupures, tâches de terre, tâches de sang, brûlures, on arrivait à l'habituel topo de guerre. C'est sûr, on ne pouvait pas en ressortir indemne. La seule chose, ou plutôt les deux seules choses qui tranchaient toute cette routine bagarreuse était ces deux grands yeux écarlates. Grands ouverts, profonds, trop profonds, leur couleur d'un doux vermeille contrastait d'une grossièreté néanmoins sympathique avec la couleur du sang trop foncée pour être qualifiée comme rouge. C'était plutôt agréable à regarder. Pourtant, ils étaient trop clairs, trop humides. Quelque chose n'allait pas, dedans. Peut-être étaient-ils gorgés de larmes ? C'était sûrement ça... C'était justement peut-être pour cela qu'elle avait reçu une bonne dizaine de gouttes brûlantes sur les joues... Plus brûlantes que la pluie, du moins. C'était ça, la preuve.

Quoiqu'il en soit, Iku restait immobile. Elle était toujours restée immobile, de toute façon. Incapable de faire un seul mouvement, manquant beaucoup trop de sang dans son corps, elle frôlait l'arrêt cardiaque. C'est vrai, son cœur était censé être alimenté par son sang, à chaque battement... Autant dire que les battements étaient de plus en plus minimes. Inaudibles. Cela faisait bien peine à voir.

Puis il y eu un choc.

Elle fut projetée vers l'arrière, puis vers l'avant, brusquement. Sa tête commença à la relancer. Ses poumons aussi. Son cœur tout court. Son corps entier, en fait. Elle se mit à trembler et ferma les yeux. Incapable de bouger, mais capable de réfléchir. Eh bien, ces dernières secondes de réflexion, Iku en profitera pour penser aux autres. Une dernière pensée. Juste une dernière.

Lloyd était devant elle, elle ne savait pas trop dans quelles conditions. Était-il la proie des Witch Hunters, tout comme elle ? Sans aucun doute. Peut-être était-il déjà mort. Pessimiste, vous me dîtes ? Bah, qu'est ce qu'elle avait à perdre, de toute façon. Être optimiste, dans de tels cas, c'était juste une perte de temps. Elle aurait bien voulu lui dire à quel point elle l'aimait. Elle le dira au paradis. Ou aux enfers. Ou jamais, si ils sont séparés. C'est vrai, une meurtrière est censée aller aux enfers, non ? Elle en était désolée. Elle en était franchement désolée. Avoir tué sans aucun scrupule des gens qui étaient censés faire partie de sa famille, c'est vrai que c'est pas top, pas du tout même. Quand on en était conscient, c'était encore pire. Seulement, Iku, elle n'avait pas été consciente de ses actes. Tant pis ? Tant mieux. Elle n'était pas au summum de l'enfer. Elle n'allait pas cramer éternellement, elle allait peut-être finir par un chemin vers le paradis, peut-être...

Voilà qu'elle se reconvertissait religieuse, maintenant.
Foutaises.


Trêve de plaisanteries, il fallait qu'elle agisse.

Soudain, elle ouvrit l'œil. Œil qu'elle scella bien trop rapidement. La seule chose qu'elle pu apercevoir dans sa vue baignée de sang fut une simple bouteille contenant un liquide bien suspect. Incapable d'éviter, elle fut obligée de humer le liquide qui, finalement, ne fit pas le moindre effet sur elle. Avaient-ils raté leur coup... ? Rien que penser à ce fait redonna de l'espoir à Iku. Elle simula un évanouissement, laissant sa tête tomber en avant, devenant toute molle, l'œil fermé. Elle en profita pour réfléchir davantage. Le Witch Hunter qui la tenait la bascula sur son épaule. Elle n'y fit pas attention, et devint encore plus molle qu'auparavant. Puis elle entendit une voix.

Il était vivant, dieu soit loué.

Elle fut de nouveau bougée dans tous les sens, sans trop comprendre ce qu'il se passait. Elle finit par atterrir dans des bras familiers, ces bras qu'elle connaissait si bien, et dans lesquels elle pourrait se fondre. Oui, c'était bien lui. C'était bien Lloyd. Elle fut de nouveau prise d'une énergie inimaginable et rouvrit d'un coup les yeux, laissant un sourire s'ébaucher sur ses lèvres. Elle se redressa, fixant toute la troupe qui les entourait. Elle avait bien réussit son coup, Lloyd aussi, d'ailleurs. Par contre, elle n'avait strictement aucune idée de ce qu'elle allait faire pour la suite.
De toute façon, dans une guerre, on ne pouvait rien prévoir. Si on voulait tout prévoir, n'importe quel détail, il fallait mieux abandonner. Pour tout vous dire, Iku avait déjà abandonné. Elle avait déjà fait sa part du marché. Peu importe ce qu'il se passait ensuite. Peut-être mourra-t-elle ? Tant pis, la mort arrive bien un jour, de toute façon. Elle était insensible. Impassible. Derrière se faux sourire qui reflétait le miroir de la réalité. Elle n'avait réellement rien à perdre, hormis sa vie, bien entendu. Sa vie... Elle préférait la garder pour le moment. S'en séparer n'avait pas l'air très dur, elle était dans les conditions, mais la garder aurait quand même été préférable...
Elle n'avait rien à perdre d'autre.
Elle regarda lentement la foule autour d'eux. Ils étaient encerclés, c'est bien ça ? Iku faisait preuve d'un self-control étonnant. Enfin du moins pour la situation. Elle laissa échapper un petit soupir et se leva, puis se retourna. Et là, elle cru voir une issue. Ses sens s'éveillèrent enfin, un grand frissonnement lui parcouru le corps entier. Non pas seulement qu'à cause de la pluie qui tombait averse et qui lui donnait froid, mais surtout grâce à la fierté. Sa fierté, elle venait de la retrouver. Elle avait vu une issue. Une simple issue. Des soldats moins soudés, un peu moins expérimentés, un peu moins concentrés sûrement. Iku ne leur voulait pas grand chose, elle ne voulait que se frayer un chemin. Sans attendre, elle saisit la main de Lloyd, et s'élança à toute vitesse vers cette issue. Elle courait comme elle n'avait jamais couru, vers une liberté certaine. C'était drôlement oppressant de rester encerclée comme cela, se disait-elle. Elle avait raison, elle avait toujours raison, sauf dans certains cas.

Ce cas sera encore considéré comme certain.

Soudain, elle trébucha.
Ce fut bref, net, idiot et complètement hors de la situation, mais elle le fit quand même. Elle trébucha. Telle une vulgaire patate, elle s'écrasa au sol. Non, pas vraiment comme une patate, avec plus de classe, quand même. Elle trébucha sur une simple branche, commença à s'emmêler dans ses pieds, finit par faire un vol plané, et roula au sol. C'était la description brève de sa chute. Une chute qui n'aurait pas du venir normalement. Une chute qu'elle n'avait pas prévu dans son plan. Un certain cas, quoi.
Elle resta allongée au sol pendant quelques instants, trop sonnée pour faire le moindre mouvement. Puis elle redressa la tête brusquement. Lloyd, qu'avait-il fait ? Ou était-il ? Il avait continué de courir, non ? Il ne s'était pas arrêté, non ? Iku priait intérieurement pour qu'il continue. Il ne fallait plus qu'il s'arrête, il ne fallait plus qu'il regarde derrière lui. Il devait continuer. Avec, ou sans elle.
Elle le trouva enfin. Il s'était arrêté. C'était normal, il aurait voulu la protéger. Mais pourquoi ? Pourquoi il ne faisait pas passer sa vie avant celle des autres ? Il voulait rester vivant, certes, mais alors pourquoi il était toujours en train de la protéger, constamment ?! Il ne fallait pas qu'il fasse un seul pas vers elle, non, c'était une perte de temps. Ils avaient déjà perdu trop de temps. C'était soit l'un qui mourrait, soit l'autre, soit les deux. Et Iku ne voulait pas cela. Elle ne voulait pas le voir mort par sa faute. Dans ces cas là, soyez certains qu'elle n'aurait même pas eu la force mentale de se tuer elle même, bien qu'elle avait tous les produits nécessaires à sa disposition : des milliers de soldats, des armes, et des blessures. Elle continuerait sa petite vie, à se lamenter de tout et de rien, sans plus parler à personne, et sans faire attention à ses propres besoins.
Elle deviendra un être sans vie.
Alors autant mourir tout de suite, non ?
Alors sans attendre, elle se mit à hurler :
    - « ...Lloyd... LLOYD !!! COURS, COOOOUUUUUUUUUUURS !!! NE RESTE PAS ICI !!! C'EST TROP DANGEREUX !!!! COOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUURS !!!!!! »

Elle laissa tomber sa tête au sol, dans un petit nuage de poussière. Les yeux écarquillés, les lèvres entrouvertes et tremblantes, elle ne voulait pas réellement cela. Oh non. Mais bon, elle était contrainte à se sacrifier. Comme je le disais plus haut, c'était soit l'un qui mourrait, soit l'autre, soit les deux.
Non, elle ne voulait pas ça, pas ça du tout. Elle aurait préféré qu'il la sauve, finalement. Elle aurait préféré être secourue, et continuer sa vie, faire comme si il ne s'était rien passé. Peut-être mourir quelques instants après ? Peu importe, elle aurait profité de ses dernières secondes de vie. Mais bon, elle pouvait aussi profiter de celles là. Certes, elle aurait bien préféré mourir dans ses bras, et non pas mourir seule, allongée sur un sol de terre froide, mais c'était mieux que rien.

Elle serra le poing, pour s'assurer qu'elle pouvait quand même faire un petit mouvement, puis ferma les yeux. Son visage redevint impassible. D'un calme étonnant. Elle attendait son heure. Elle attendait sa mort. Que pouvait-elle attendre d'autre, de toute façon ?

Elle avait encore quelque chose à faire.

Lentement, mais sûrement, elle redressa la tête, le menton plaqué sur le sol. Lloyd continuait de la fixer. Elle cherchait son regard, elle le trouva enfin. Puis elle ébaucha un simple sourire. Simple sourire, qui disait tout. Ensuite, elle tendit le bras sur le sol, main levée, puis fit un simple signe de la main. De gauche à droite, de gauche à droite, à plusieurs reprises, environ trois fois. Puis, elle laissa de nouveau tomber sa tête au sol.
    - « Bye bye … »

Abandon.

Elle était prête à mourir, désormais. On ne peut plus prête. Elle ne pensait plus à rien, gardant le même sourire sur ses lèvres. Aurait-elle pu fuir de nouveau ? Sûrement, mais elle ne le voulait pas. Elle ne le voulait plus. Elle en avait vraiment assez, de tout cela. Elle voulait en finir définitivement. Elle allait en finir définitivement.

Enfin, du moins, c'était ce qu'elle pensait.

En effet, car dès qu'elle se mit à y penser, elle sentit un grand bras s'enrouler autour de sa taille, et fut comme projetée dans les airs.

Que se passait-il ?

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 8 Nov - 23:57

Courir.
C’était le seul mot résonnant dans sa tête. S’enfuir, le plus vite possible. Laissant tout derrière. Enfin, c’était Iku qui l’entraînait, il n’avait qu’à se laisser porter. Il avait mal, il était fatigué, et pourtant, ses jambes continuèrent à avancer, tel un dément. Il n’avait rien à perdre après tout, autant essayer de s’enfuir. Il jeta un coup d’œil derrière lui, et aperçu la foule de Witch Hunters les suivant sans le moindre signe de fatigue. C’était fichu, ils allaient les rattraper. Son côté pessimiste refit surface, et d’horribles idées lui parvinrent à l’esprit. Et s’il mourait ? Ca ne serait pas une grande perte. Une victime de plus ou de moins, qu’est-ce que ça change après tout. Et pourtant, la sueur continuait à perler sur son visage. Il serra sa main dans celle d’Iku. Si, il pouvait y arriver. Pourquoi ? Aucune idée. Mais si Iku se trouvait dans les parages, il pouvait y arriver, d’une manière ou d’une autre. Déjà, si l’on devait penser de manière réfléchie, où étaient-ils censés aller ? Non, c’est stupide, qui pourrait connaître la réponse à cette question… Ils couraient, se frayant une issue à travers les chemins étroits. C’était sûrement la peur qui leur permettait d’avancer. Enfin, il faut l’avouer, il ne savait pas du tout à quoi pensait Iku. Où allait-elle ? Dans quel but ? Juste pour leur échapper ? Les questions fusèrent dans sa tête, et il n’eut que pour réponse un simple soupir. De fatigue ? De soulagement ? Qui sait. Ils allaient perdre de toute façon. Ils n’allaient pas être sauvés. Et ils n’arriveraient pas à survivre.
Tout était perdu.

Il n’avait pas dit un mot, mais ce fut comme si la pensée joignit les actions commises à ce moment même. En effet, Iku s’effondra au sol, à son grand étonnement. Trébuchement ? Fatigue ? Déjà, pourquoi se poser cette question ? Tout se passait déjà à la seconde prêt. Il n’avait rien à penser, juste à agir. Sa réaction fut immédiate, un arrêt. Simple, brusque, mais efficace. Oui, une voix inconsciente lui conseilla de partir. Maintenant. De s’enfuir, de survivre, d’essayer de s’en sortir. C’était le but non ? Exactement comme dans un jeu. On perd. On gagne. Ici, il avait décidé de perdre. C’était un choix, mais il s’était résolu à le choisir depuis le début. On aurait pu le traiter de lâche, d’idiot, mais il s’en fichait. Il restait calme, ignorant les bruits de pas précipités de ses adversaires, s’approchant à toute vitesse. Ses yeux se posèrent sur Iku, la suppliant silencieusement de se lever, de s’enfuir d’ici, maintenant, tant qu’ils le pouvaient. Il était incapable de la sauver dans n’importe quelle situation critique. Il ne pouvait pas. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était bouger ses épées dans tous les sens, tel un dégénéré. Ca lui suffisait pour se protéger, mais protéger deux personnes, il en était impuissant. Mais dans ce cas, cela serait stupide de rester ici, à attendre. Il mourrait sûrement, et Iku aussi. C’était quoi ? Une espèce de sacrifice ? Quel intérêt à faire ça ? Pourtant, c’était ce choix qui se répétait constamment dans sa tête. Le choix de rester à ses côtés. Il meurt, elle meurt aussi. Et vice-versa. L’un ne vit pas sans l’autre. C’est tout. Il l’avait décidé.

Sa réaction ? Clignements d’yeux. Une inspiration. Une expiration. Et on rembobine le tout. Iku, elle, ne sembla pas de cet avis. Têtue comme elle est, elle refusa sa décision. Et lui hurla dessus, tel un reproche. …Il avait fait quelque chose de mal ? Non, il en était convaincu. Il ignora son conseil, ou son ordre peu importe. Et resta immobile. Il ne bougerait pas. Il attendait qu’elle se relève. Des secondes, des minutes ou même des heures, il attendrait là, avec un air bête fixé sur son visage. Elle allait se relever de toute façon, c’était obligé. Elle ne laissait jamais tomber, jamais. Il l’aimait pour ça, pour cette volonté, cette obstination parfois ennuyeuse qu’il connaissait si bien. Mais alors…
Pourquoi ne se relevait-elle pas ?

Il commença à trembler. Il devait lui dire, qu’elle devait se redresser, et vite. Il ouvrit lentement sa bouche, mais ce ne fut pas lui qui brisa le silence.
Il n’y eut que deux mots.
Deux mots signifiant : « Adieu. »
Il s’agenouilla au sol, les yeux écarquillés. Il avait mal entendu hein ? Il se prit la tête entre ses mains, sentant son cœur brûler au centre de sa poitrine. Elle comptait mourir ici ou quoi ? Et lui ? Qu’allait-il faire ? Il ne voulait pas mourir, pas déjà… Soudain, son corps fut pris d’invraisemblables frissons, le secouant de la tête aux pieds. Il posa ses mains sur le sol froid, tremblant. De peur ? Non. C’était définitivement autre chose. Il releva légèrement la tête, malgré cette douleur présente dans chacun de ses muscles, et fixa Iku droit dans les yeux, la suppliant de l’aider. Il s’écoula quelques secondes, quelques secondes qui lui semblèrent une éternité. Il crut que son dos allait se fendre en deux, et il se mit à crier. Hurler de peur, de douleur, de fatigue, il n’en savait rien. Il s’approcha d’Iku et la prit difficilement dans ses bras, puis regarda par-dessus son épaule.

Deux ailes, d’une taille inimaginable, se dressaient fièrement derrière son dos. Son désir de s’enfuir prit le dessus, et la douleur disparut peu à peu, laissant place à la peur. Un échange équitable. Il se leva péniblement, Iku serrée contre lui, plia ses jambes, puis fit un bond d’environ un mètre. Non, de plusieurs mètres, d’une dizaine même. Il gardait les yeux rivés sur Iku, volant inconsciemment au-dessus des soldats. Il n’avait pas la moindre de ce qu’il se passait, mais il avait réussi à s’enfuir. Il avait réussi à la sauver, à lui être utile. Encore sous le choc, il cligna des yeux, son regard balayant les soldats, encore ahuris par ce qu’il venait de se passer. Sa priorité : trouver un endroit tranquille, et surtout, sans danger. Cependant, son corps ne fut pas cet avis, et il se sentit redescendre peu à peu, perdant l’équilibre. Ses deux ailes ralentirent, il n’arrivait plus à les contrôler, malgré sa concentration. Il vit plusieurs plumes autour de lui, permettant de suivre sa trace au millimètre près. Lentement, ses pieds retouchèrent le sol, les plumes frôlant son visage. Combien de mètres avait-il parcouru ? Là, dans les airs ? Il avait volé hein ? Il ne savait même plus ce qu’il faisait.

Sa vue était floue, ses gestes également. Sa respiration était bruyante, épuisé par ce voyage. Il laissa Iku se redresser, puis la posa doucement sur le sol. Il la fixa longuement, posant sa main sur son propre cœur. Une seule question résonnait dans sa tête :
    - « … Que s’est-il passé ? »

Question rhétorique que personne ne pourrait expliquer, pas même lui. Une question stupide, pas même adressée à Iku. La réponse, il l’attendait de lui-même. Il regarda à nouveau par-dessus son épaule, les yeux mi-clos.
Les plumes furent si claires et étincelantes qu’elles paraissaient irréelles. Lentement, il porta ses doigts à l’une des ailes. Peut-être était-il juste fou ? Il avait eu une hallucination, et rien de tout ça n’était vrai. Il l’avait su depuis le début, que tout n’était qu’un cauchemar. Mais cette nouvelle bizarrerie appartenait plus au domaine du rêve, ça ne collait pas avec le reste. Pourtant, la sensation était, elle, bien réelle. Les plumes étaient douces au toucher, et ses yeux s’écarquillèrent peu à peu. La bouche grande ouverte, il tenta d’aligner plusieurs mots, ahuri.
    - « Qu’est-ce que c’est… »

La réponse lui vint immédiatement à l’esprit, entraînant un court monologue.
    - «… Des… Ailes ?... »

Pour la première fois, il avait totalement oublié la présence d’Iku, hypnotisé par cette nouvelle particularité. Il sourit, un sourire innocent en contraste avec tout le reste. Il était si épuisé qu’il n’arrivait même plus à être étonné. Il fit jaillir ses ailes derrière lui, émerveillé. Il le savait, il devait réellement avoir l’air stupide. Il agissait tel un enfant à qui on avait offert un nouveau jouet. Et pourtant, il se sentait tellement bien. Incroyablement bien même. Il reporta son attention sur Iku. Lentement, il la prit dans ses bras, les larmes aux yeux. Sa présence était si rassurante, si chaleureuse. Si cela était possible, il aurait voulu la garder des heures contre lui. Il fit doucement bouger ses ailes, afin de les regrouper autour d’eux seulement, les coupant du reste du monde. C’était sûrement dangereux. Ils pouvaient devenir la proie de n’importe quel WH, mais à vrai dire, il s’en fichait royalement. Il se contenta de fermer les yeux, le sourire aux lèvres.
    - « J’ai… Réussi à te sauver Iku… »

Il prononça difficilement ces mots, la respiration irrégulière et douloureuse. C’était un constat dénué de sens plus qu’autre chose. Mais il se sentait pourtant si fier, si heureux. C’était si différent d’il y a quelques minutes. Un véritable miracle s’était produit. Jamais il n’aurait cru ça possible à vrai dire. Sans oublier que la peur avait toujours été présente, la peur de mourir évidemment. Mais, cette fois-ci, il avait vraiment pu l’aider. Peut-être même lui avait-il sauvé la vie.
Il en serait si heureux.

Soudain, son sourire s’évanouit au moment même où il se remémorait ce qu’il s’était passé. Il recula brusquement, fronçant les sourcils. Il regarda Iku droit dans les yeux, puis lui donna une claque, agacé. Oui, il l’aimait, mais ses erreurs, sa lâcheté, il en avait assez. C’était trop dur à supporter. Elle devait changer, sinon il ne lui pardonnerait jamais. Il la prit aussitôt par les épaules.
    - « Je t’interdis de te laisser mourir comme ça ! Tu n’as pas le droit de me laisser tomber ! Est-ce que tu comprends ?! »

Il posa sa main sur sa joue, les larmes aux yeux.
    - « On sortira de cet enfer… Ensemble. Ou alors on mourra tous les deux… Je ne te laisse pas d’autre choix. »

Il se força à sourire, s’efforçant à ne pas paraître trop dur. Il ne voulait pas se disputer avec elle, pas à ce moment là en tout cas.
Il voulait juste être heureux.

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 29 Nov - 1:42

[putain, j'ai pas écrit avec Iku, j'ai écrit avec Sheena là, j'te jure ! C'est fou comme elles se ressemblent oo
c'est court.]

… Lloyd ! … Lloyd.

Oh, je savais que c'était toi... Il n'y avait que toi pour me faire un coup pareil...


C'est vrai, il n'y avait que lui. Lloyd avait toujours été le genre de garçon toujours apte à te faire sourire dans n'importe quelle situation. Pas faible, mais pas forcément fort non plus, pourtant, le courage et la volonté étaient là. Un désir de protection. Un désir de faire sourire les gens, de la simple bonté, de la simple gentillesse, quoi. « La bonté et l'amour triompheront toujours ! »... Hé, c'était bien vrai. Il y a deux ou trois ans, elle n'y aurait pas cru du tout. Pourtant, maintenant, Lloyd l'avait tellement prouvé grâce à des faits, des anecdotes, des circonstances diverses, qu'elle y croyait dur comme fer. D'ailleurs, des anecdotes du genre, Iku en avait de nombreuses. Elle était là, blottie dans ses bras, de douces et fraiches plumes turquoises lui chatouillant les joues, voletant au gré du vent. Elle avait d'abord cru à « la mort ». Bon, avouons le, le fait d'être soulevé du sol par un ange et emmené au ciel était une vision plutôt ridicule et invraisemblable d'un décès. Et ici, tout est permit tant que ça n'entre pas dans les lois de la science « inconnue », enfin, du genre, des trucs dont on a et dont on n'aura strictement aucune idée. Vous me suivez ? Bref. C'était ce qu'avait pensé Iku en premier lieu. Cette hypothèse avait vite été abolie de sa petite tête quand elle l'avait reconnu. Lloyd. Elle avait d'abord reconnu l'exsphère, cette pierre polie, qui brillait d'une intensité aveuglante. Puis elle avait reconnu cette coupe en piques, ces épis châtains et indomptables qui, malgré la pluie, restaient pointés vers le ciel. Pointés vers le ciel... Magnifique, comme comparaison. Magnifique (ironie quand tu nous tiens !). Enfin bref. Elle l'avait reconnu. C'était le principal. Et part contre, là, tout était permis.

Et visiblement, il était devenu un ange.

De longues ailes sortaient de son dos, aux plumes d'un doux vert-bleu. Elles devaient bien faire deux, voire trois mètres de longueurs. Iku ne savait ni d'où elles venaient, ni pourquoi. Peut-être hallucinait-elle ? Peut-être n'était-ce qu'une simple illusion donnée par la mort ? Une illusion de rêve ? Oui, mais non. Tout était possible. Tout. Lloyd avait, si tout cela était vrai, enfin prouvé sa véritable particularité. Son petit truc à lui, qui le rendait unique en son genre. Il était enfin entré dans la véritable communauté de mutants de l'île, et était le bienvenu... En espérant que cette communauté ne vienne pas à s'éteindre directement. Iku se surprit à ébaucher un sourire, un large sourire. Mais elle ne put s'en empêcher. Un sourire étincelant, beau, franc, honnête, auquel on aurait pu donner toutes les qualités du monde. Ce sourire, elle l'adressait à Lloyd. Un simple merci. Un merci de l'avoir sauvée. Un autre merci au destin de l'avoir épargné. De l'avoir épargnée aussi. De les avoir épargnés tous les deux. Ils étaient sains et saufs, maintenant. Et ils ne se quitteraient plus. Plus jamais.

Oh, qu'est ce qu'elle l'aimait.

Ces derniers temps, elle en avait douté. Il fallait dire qu'ils étaient moins proches. Ils se voyaient moins. Ils se câlinaient moins, s'embrassaient moins, tout ça, toutes ces choses auraient pu faire douter Iku comme elles auraient pu faire douter n'importe quelle fille amoureuse. Elle leva les yeux au ciel étoilé. Quelle heure était-il ? Il faisait nuit. Enfin, elle croyait. Une journée avait dû passer depuis son réveil. Ou alors, juste quelques heures. Il devait être, quoi, minuit, quand elle s'est réveillée ? Avant d'être vulgairement expulsée de son mur, où elle s'était finalement endormie, elle avait eu le temps de jeter un œil à l'énorme horloge qui était pendue en plein milieu de l'amphithéâtre. Elle se l'était souvent prise dans la tête, à force de monter sur les tables. Elle avait toujours été plutôt grande, après tout. Bref, cette horloge avait été la seule chose qui avait retenu son attention à son réveil : Dans son verre s'était reflété l'image de la lune qui, triomphante, avait brillé d'un éclat écarlate et sanguinaire. Oui, surtout sanguinaire. Des choses sanguinaires, on peut dire qu'elle en avait bien bavé. Et ce n'était pas fini. Ce n'était toujours pas fini. Ça allait continuer, encore et encore, comme un cercle vicieux. Voir l'arrivée de soldats, frapper, se blesser, tuer, et encore voir l'arrivée de soldats, encore frapper, encore se blesser, encore tuer. Iku commençait à s'en ennuyer franchement. Elle était mieux dans ses bras, bien au chaud, bien blottie contre lui. Ici, elle ne s'ennuyait plus du tout. Elle se détendait. Elle enfin pouvait se détendre sans s'ennuyer. Elle se serra justement contre lui, comme pour ancrer son corps dans le sien. Cela faisait quand même bien longtemps qu'ils n'avaient pas fait une quelconque action amoureuse. La dernière datait de la veille de la veille, quand Iku était rentrée un peu plus tôt, ils avaient échangé un doux et tendre baiser, l'un tout contre l'autre, en guise de « bonne nuit ». Elle ne l'avait plus revu ensuite, jusqu'à ce moment. Et encore heureux.

Puis ses pieds se posèrent sur le sol. Iku glissa légèrement sur Lloyd, s'abattant sur son torse, les doigts serrant le tissu de ses vêtements déchirés. Et c'est maintenant qu'elle commença à s'inquiéter. Lloyd, allait-il bien ? Il se s'était pas blessé ? Pas moralement ? Pas physiquement ? Elle leva les yeux vers lui. Visiblement pas. Un large sourire s'étalait sur son visage. Un sourire d'enfant. Comme celui qu'elle avait vu il y a sept ans de cela, quand il s'était jeté dans ses bras, l'avait remercié, puis l'avait quitté d'un simple signe de la main, accompagné d'un sourire rayonnant, comme toujours. Elle sourit. Elle s'était inquiétée pour rien. Elle s'inquiétait toujours trop, pour rien, c'était sa nature. Elle insistait toujours sur chaque détail. Elle voulait que tout soit parfait, que tout le monde aille bien. Elle ne voulait pas faire d'erreurs, elle ne voulait plus faire d'erreurs. Et c'est pour cela qu'elle s'inquiétait souvent pour des choses qui ne méritaient pas son inquiétude. Comme ici. Puis soudain, Iku se retrouva dans les bras protecteurs de Lloyd, sans trop comprendre, en fait. Mais tant qu'elle y était, elle se sentait en sécurité. Et tout allait bien. Elle écouta attentivement ce qu'il lui murmura à l'oreille, enregistrant chacune des syllabes qu'il prononçait dans son esprit. Elle voulait s'en souvenir toute sa vie. Il avait bien réussit à la sauver...

Puis il se recula. Et Iku se prit une nouvelle gifle, sur l'autre joue, cette fois. Elle resta interloquée. Pourquoi ? Pourquoi encore ? Non, non, elle ne voulait pas comprendre. Elle fixa Lloyd droit dans les yeux. En totale contradiction avec le sourire angélique qui illuminait son visage auparavant, son expression était maintenant crispée, irritée. Ses dents étaient serrées, ses sourcils froncés, et ses yeux lançaient des éclairs. Iku le regarda droit dans les yeux. Ce n'était pas le moment de se laisser intimider par un tel regard.

Puis soudain, elle éclata de rire.

Un rire clair, sans retenue. Elle l'avait tellement contenu, ce rire. Ce n'était pas un rire d'hilarité, non, loin de là, mais de bonheur pur et dur. Elle était libre. Enfin, du moins, elle se sentait libre. Elle se sentait libérée de tous ces combats, de tout ce sang, de toutes ces blessures. Oh non, plus jamais, elle ne voulait avoir affaire à ça. Et là, elle n'arrivait pas à arrêter de rire. Entre deux éclats, elle parvint à marmonner ces mots :
    - « Lloyd, tu me déçois ! Tu me déçois tellement ! »

Une pointe d'ironie visible dans sa voix, néanmoins. Elle baissa la tête, le ton tremblotant. Secouée par ses ricanements, elle n'avait pas encore remarqué qu'ils étaient devenus sanglots. Sanglots de bonheur, disont.
    - « Je... J'étais prête à mourir, tu vois ! J'étais persuadée que j'allais y passer ! Et pourtant, toi... Toi, tu m'as sauvée... Bon sang... Tout ça, c'est des émotions gâchées pour rien... Mais... Je n'aurais jamais imaginé que... Lloyd. Tu ne te rends pas compte à quel point je te suis reconnaissante... »

Puis soudain, elle ne pu s'en empêcher. Elle porta ses mains à son visage et éclata en sanglot, tombant presque dans les bras de Lloyd. Elle avait tellement tout contenu. Tout ce stress, toute cette colère, toute cette tristesse aussi, et tout ce bonheur aussi... Ou presque. Elle avait besoin d'évacuer tout cela une bonne fois pour toute. Et étrangement, les larmes coulaient des deux yeux. L'une de sang, l'une d'eau salée. C'était pourtant logique. Mais qu'est ce que ça lui faisait du bien. Tous ces sentiments libérés. Lloyd ne devait pas être très surpris, Iku avait toujours eu l'habitude, après une grosse colère, ou un moment de tristesse évidemment, après un gros moment de stress comme un examen par exemple, d'éclater, de hurler en sanglot, pour libérer tout cela. Il l'avait déjà vu faire ça des dizaines voire des centaines de fois depuis qu'ils étaient ensemble. Elle avait toujours eu la larme facile. Essayant en vain de cacher cette part de caractère fleur bleue par un tempérament colérique hors norme et d'une avarice illimitée. « Ne t'inquiète pas, je ne pleure... Pas... Lloyd, je rigole... Ouais c'est ça... » Elle ébaucha un sourire en coin, les dents serrées à bloc sous ses mains tentant en vain de masquer cette marque de sensibilité. C'est tout ce qu'elle pu dire pour le moment. Une bonne dizaine de minutes s'écoula.

Enfin, elle leva les yeux vers lui, lui souriant tendrement, puis rebaissa la tête et ricana de nouveau, se rendant compte de la grosse erreur qu'elle venait de dire il y avait quelques minutes de cela. Iku, c'était la reine des contradictions. Elle commençait une phrase, elle finissait toujours par dire le contraire. Mais, à ce qu'on disait, c'était l'un de ses charmes. Bref.
    - « Haha ! Je suis vraiment bête, c'est trop contradictoire, tout ce que je dis. »

Iku leva de nouveau les yeux vers lui, le regard plein d'amour, et des larmes de passion coulant sur les joues. Elle voulait faire passer tout son amour pour lui dans ce simple et unique regard. Tendre mais enflammé, on aurait pu lui donner toutes les qualités du monde, même si il ne brillait que d'un oeil, évidemment. Et son sourire, aussi. Simple. Il était simple. Mais il était tellement doux qu'on aurait pu se jeter sur ses fines lèvres immédiatement. Et d'ailleurs, son regard baissa légèrement vers la bouche de Lloyd. Évidemment, ce n'était pas le moment opportun. Mais ses lèvres, elle en avait besoin. D'un geste lent et gracieux, elle porta sa main à la joue de Lloyd, passant son pouce sur ses lèvres pour enlever quelques gouttes de sang qui y perlait. Puis elle s'approcha de lui, se mit sur la pointe des pieds, et...

Cela faisait déjà tellement longtemps qu'elle attendait ce moment.

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.1fr1.net
Lloyd Irving
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
Chose en rouge/Amoureux d'une tsundere, donc masochiste. Cela va de soi :D.
avatar

Masculin Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Dans son lit, en train de pioncer.
Loisirs : Dormir!
Amour ? : La belle et mignonne Iku!
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
Classe: Edéon
Particularités/pouvoirs: Porte une exsphère: décuple ses pouvoirs ainsi que sa force physique. Combat avec des épées d'estoc. Se transforme en ange: apparition de deux ailes.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   Dim 7 Fév - 19:06

Des sentiments invisibles jaillissaient ici et là, créant des confusions immenses.
Sa main tremblait. Devait-il regretter son geste ? Connaissant Iku, elle n’en avait sûrement rien à faire, surtout dans un moment pareil. Il replia doucement ses doigts, formant un poing, et enfin ferma les yeux. D’après lui, il aurait juste à écouter ses reproches, ses craintes, ses regrets. Attentif, il perçut chaque parole, chaque mot qu’elle prononçait. Lloyd n’avait eu qu’à rester immobile. Encaissant de temps à autre chacune de ses réactions, qu’il ne se réservait ni le droit, ni l’envie d’exprimer. Tout d’abord, le rire résonnant à ses oreilles lui parut irréel. Malgré son regard plongé dans le sien, il n’arrivait pas à le décrypter. Ses lèvres restèrent scellées. Pourtant, il avait des milliers de choses à lui dire, à lui faire comprendre. Il avait l’impression d’être si éloigné d’elle, alors qu’elle se trouvait à quelques centimètres de lui. Cette séparation soudaine juste avant que cette effroyable guerre commence, il avait cru être le seul à en souffrir. Visiblement non. Il avait tort. Pour une fois, il s’était juré être la victime, mais c’était encore une fois lui le fautif.

A peine sortait-il de ses pensées qu’il remarqua ses sanglots aigus. Des sanglots qui l’accusaient, le remerciaient. Il ne savait même plus. Il ne s’était rendu compte que d’une seule chose : elle s’était perdue. Égarée à travers toutes ses émotions, ses sentiments qu’elle avait contenus depuis si longtemps. Ainsi se mélangèrent rires, sanglots, sourires et larmes. Son visage n’était qu’une peinture immisçant le marron de la terre et le rouge du sang. Il sentit doucement son corps chaud contre le sien. Elle était réellement perturbée. Il savait toujours ce qui se passait à l’intérieur d’elle. Cette fois-ci, elle ne le savait pas elle même. Son cœur n’était devenu qu’une gigantesque contradiction. Étant resté immobile, il osa afficher un faible sourire.

Les deux adolescents se fixaient. Les dernières plumes se trouvant dans les airs tombèrent gracieusement sur le sol en ruine. Le silence qui pesait sur les deux était semblable à un rêve. Un lien extrêmement fort s’était doucement créé entre eux. L’amour qu’il éprouvait pour elle s’était enfin reflété, et Iku n’hésita pas à le lui rendre. Il n’y avait aucune parole, juste un regard qu’aucun n’osait briser. Qu’est-ce qu’il l’aimait. Il n’avait vraiment rien dit. Rien. Il n’ébaucha qu’un sourire, accompagné d’un regard tendre. Elle pleurait toujours, mais il savait très bien qu’il n’en avait pas à s’inquiéter. Il suivait sa tendre et douce pupille, qui dévia légèrement. A peine eut-il le temps de s’en rendre compte qu’il sentit ses lèvres contre les siennes, engageant un baiser passionné. Il se sentit trembler légèrement, submergé par tant de tendresse. Doucement, il posa sa main sur la sienne, et enfin ferma les yeux.

Si seulement cet instant avait pu durer plusieurs heures.

Leurs cœurs étaient liés, battant à l’unisson. Il n’existait plus rien capable de les séparer. Et, lentement, il passa ses bras dans son dos, serrant ce corps qu’il chérissait temps. Un déclic se fit. Et il sut enfin que, même s’ils se trouvaient loin de l’autre, leur amour, lui, serait toujours présent. C’était ce que ce baiser devait représenter. Une passion. Un lien incroyable entre deux personnes. Ainsi, il recula, un sourire idiot aux lèvres. Cet amour, c’est ce qui lui permettait de se battre, d’avoir le courage nécessaire afin de continuer. Il avait été si lent à comprendre. Son idiotie le perdra un jour !

Il rit nerveusement, serrant avec le peu de force qui lui restait sa main contre la sienne. Enfin, ses lèvres s’entrouvrirent, laissant percevoir deux syllabes étrangement distinctes.
    « Je t’aime. »

Une phrase. Oh, depuis combien de temps ne lui avait-il pas dit ça ? Certainement pas aussi longtemps qu’il ne l’aurait cru, certes, mais avec tant de passion ? Ça n’était pas arrivé depuis bien longtemps. Trop longtemps. L’idiotie a contaminé cet idiot au cœur tendre. Il lui avait désormais donné tout son amour. D’après lui, il la connaissait par cœur. Cette fille au caractère explosif, il l’aimait. C’était un fait, il ne saura sûrement jamais pourquoi.

Il reprit doucement sa respiration, serrant tendrement Iku contre lui. Il était fatigué, il en avait marre de se battre. La seule chose qu’il désirait plus que tout, il l’avait déjà dans ses bras, alors à quoi bon ? Il passa sa main dans ses cheveux ternes, comme il avait l’habitude de faire auparavant. Il avait tellement envie d’être égoïste, de partir, de s’enfuir avec elle. Il voulait être tranquille, tranquille avec celle qu’il aimait. D’un air déterminé, il prit sa main, marchant dans une direction totalement aléatoire.
    « Iku… Tu ne penses pas, en avoir fait assez ? Cette guerre… Attends, je sais. Je sais que tu es prête à mourir. Mais… Moi… Je ne veux pas. Je ne veux pas attendre que tu t’épuises sans rien faire. »

Il marqua une pause, hésitant.
    « Je me suis un peu laissé emporter par mes émotions… Je t’ai giflé, insulté, regretté, encore giflé… J’en peux plus. »

Il s’arrêta et massa son crâne endolori.
    « … Ca suffit. J’en ai marre… Iku… »

Il se tourna vers elle, les sourcils froncés. Il n’allait pas la forcer, après tout, il n’était sûr qu’à 50% de ce qu’il faisait. Cependant, il devait essayer, pour leur bien à tous les deux.
    « … Viens avec moi. Allons dans un endroit tranquille… Je ne veux plus me battre. »

Il la regarda droit dans les yeux. Le calme autour de lui ne l’avait pas du tout motivé. En signe d’abandon, il rangea ses épées dans leurs étuis. On aurait presque dit un enfant refusant de faire ses devoirs. Peut-être se comportait-il comme un idiot, mais cette odeur de sang l’a dégoûté à jamais des combats. C’était son choix. L’idéal, ce serait qu’Iku parte avec lui, et ils pourraient enfin rattraper ces quelques semaines de silence entre eux. Quel égoïsme. C’était lâche, extrêmement lâche. Il détourna légèrement les yeux, passant une main derrière sa propre nuque.
    « J’ai… J’ai mes limites tu sais… »

Il l’avait dit d’un ton désolé, s’excusant presque. Il s’en voulait à vrai dire.
    « S-Si tu veux je-… »

Il s’arrêta brusquement. Une balle passa sous son nez, et s’écrasa dans le mur de pierre à quelques mètres d’eux. Il tourna la tête immédiatement, et aperçut un soldat, rechargeant une autre arme, qui était elle-même quatre fois plus importante en taille. Lloyd poussa un juron, saisit la main d’Iku et la força à se baisser. Une explosion se fit entendre au loin et, tout arriva plus vite qu’il ne l’aurait cru.
Tout d’abord, le soldat s’enfuit. Lloyd le suivit du regard, surpris. Brusquement, le sol se mit à trembler sous ses pieds. Il se releva, titubant légèrement. Enfin, il se retourna, et le choc le paralysa. Lui et Iku se trouvaient au pied d’une pente, qui menait elle-même à quelques montagnes. Son cœur faillit s’arrêter lorsqu’il aperçut les multiples rochers débouler à une vitesse folle. La terre tremblait, et les énormes morceaux de roches se décrochaient peu à peu de la falaise. Il resta immobile, complètement effrayé. Oh non, pas après tout ça… Il n’allait pas mourir maintenant… Et Iku ? Il tourna la tête vers elle et la prit dans ses bras. Même dans ses – peut-être – derniers instants, il souhait la protéger. Les bruits se firent de plus en plus proches, et il sentit plusieurs cailloux le frôler dangereusement. La respiration haletante, il enfouit sa tête dans son épaule. Tout n’était qu’une question de chance. Bouger, ne faire qu’un geste était dangereux.
Un choc.
Il se sentit basculer en arrière et rouler sur plusieurs mètres. La roche l’avait frappé en plein dos. Il rouvrit les yeux, alerté, puis se redressa légèrement. Une véritable vision d’horreur. Iku ne se trouvait nulle part dans les parages, de plus, un bloc de pierre se dirigeait droit sur lui. Il hurla, se recroquevillant sur lui-même, et ferma les yeux, priant pour rester en vie. Tout était fini ? Ce n’était peut-être pas le cas.
Pas du tout même.
De longs cheveux rouges pouvaient être aperçus ici et là, virevoltant entre les rochers. Lloyd releva la tête, sachant pertinemment qui était-ce. Il murmura, le souffle court :
    « Ya-Yasu... »

Il vit le jeune homme s’avancer vers lui, criant désespérément le nom d’Iku. Il était dans un sale état. Ces habits étaient couverts de sang, et ses yeux cherchaient Iku du regard. Il ne se préoccupait même pas des rochers. Tout ce qu’il cherchait, c’était sa meilleure amie, qui avait disparue de son champ de vision. Sans s’arrêter de courir, il s’avança vers Lloyd.
    « A-ATTENTION ! »

Il cria et poussa Lloyd, qui roula quelques mètres plus loin, à l’abri des rochers.
Et, brusquement, un cri.
Un hurlement empli de douleur se fit entendre au milieu des pierres. Lloyd releva la tête, les yeux grands ouverts.
Il n’aurait préféré n’avoir jamais ouvert les yeux.
Ce qu’il vit ne fit que l’alerter encore plus. Du sang. Une flaque de sang se répandait sur la terre brune. Il resta silencieux quelques secondes, se remémorant ce qui venait d’arriver. Yasu. Le meilleur ami d’Iku. Il l’avait sauvé. Il avait du faire ça sans réfléchir. La vue de l’énorme rocher revint dans son esprit et il prit sa tête entre ses mains.
    « Non… NOON ! »

Il s’était blessé à sa place. C’était comme si… Comme si Lloyd l’avait frappé de ses propres mains. Chaque muscle de son corps se mit à trembler, et il s’effondra sur le sol. Il leva la tête vers la flaque, qui ne s’étendait qu’un peu plus. L’épéiste resta silencieux, attendant la fin de l’éboulement. Et si Iku avait été blessée ? Et si Yasu était…

Silence.

Les pierres cessèrent de bouger, et un mur de roches gigantesque bloquait la vue. Il passa sa main sur les pierres froides, espérant entendre rien qu’un semblant de voix.
    « Ya… Su ?... »

Silence.

Il passa sa main dans ses cheveux, affolé. Comment cela avait-il pu arriver ? Jamais, non, jamais il n’avait souhaité ça. Oui, il avait été jaloux de lui parfois. Iku et lui, ils s’entendaient tellement bien que c’en était presque impossible. Iku l’aimait. Elle l’aimait à sa façon. En tant que meilleur ami évidemment. Il frappa de ses poings les pierres, jusqu’à ce que ses phalanges soient en sang.
    « Putain ! Merde ! »

Il ne se calma qu’au bout de plusieurs minutes et recula, complètement anéanti moralement. Il refusa de se lamenter plus longtemps et se mit à courir le plus vite possible dans la direction opposée.
Le plus loin possible d’Iku.

_________________

« Wow! O-Okay, I promise ! » {Lloyd Irving~}


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nymphe de cristal. [TOPIC TERMINE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée habituelle..ou presque || TOPIC TERMINE
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» (libre)[C] Saphire Amrod, nymphe démoniaque
» Topic bouffe : à vos gamelles !
» Arrivée à la demeurre Tohsaka (Topic Hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-rp :: Corbeille :: - Event n°1 : Le commencement de la fin - [EN RATTRAPAGE] :: La guerre : PARTIE LIBRE.-
Sauter vers: